Cession Commerce

15 142 cessions-transmissions de PME-ETI identifiées en 2012

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

ooaa

Pour la troisième année consécutive, BPCE L'Observatoire dénombre les cessions-transmissions de PME en France. Selon cette étude, la taille de l'entreprise reste le critère déterminant de ce type d'opération et prévaut sur l'âge du dirigeant.

BPCE L'Observatoire  poursuit son analyse des cessions-transmissions de PME, entamée en 2011. Un travail qui repose sur l'utilisation des différentes bases de données existantes (Infolégale, Corpfin, Altares, Sirene...), la société Experian pH assurant leur mise en forme.

Que ressort-il de cette nouvelle édition ? En 2012, 15 142 cessions-transmissions ont été identifiées, représentant 7,3 % des 208 807 PME et ETI et 1,3 million d'emplois. "Sur trois ans, la majorité des opérations de cession se fait avant 55 ans", constate Alain Tourdjman, directeur des études économiques et de la prospective de la BPCE,  "la taille de l'entreprise continue à être davantage explicative que l'âge du dirigeant", ajoute-t-il.

L'étude constate également des disparités sensibles selon les secteurs. Ainsi dans le secteur du commerce, le taux de cession est élevé (entre 7,8 et 10 %) mais il y a peu de disparitions (entre 1,3 et 1,9 %).
A l'inverse, les secteurs de l'hôtellerie-restauration et des autres activités de service apparaissent plus stables : ils se renouvellent peu par la cession (taux compris entre 5,4 % et 6 % en 2012) et disparaissent peu (de 1,7 % à 1,9 %).

Elle se penche aussi  sur la cession intrafamiliale, qui augmente fortement à partir de 60 ans. Néanmoins, à âge équivalent, l'importance de la transmission familiale varie fortement selon deux critères : la taille et le secteur de l'entreprise. Au delà de 60 ans, le taux de cession intrafamiliale est presque deux fois plus élevé pour l'industrie, le commerce et les transports que pour les activités immobilières, l'hôtellerie-restauration ou les services.

En outre, l'étude de l'Observatoire consacre un focus aux PME d'Outre-Mer. "Dans les DOM (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, hors Mayotte faute de données), la densité de PME est supérieure à celle de la métropole, de même que leur taux de création", note Alain Tourdjman. En revanche, les taux de cession sont bas et très inférieurs à la moyenne nationale (2,6 % pour 2011-2012 contre une moyenne des départements de 5, 5 % sur ces deux années). Ce qui entraîne un vieillissement des dirigeants plus rapide et plus marqué qu'en métropole et constitue une menace pour le renouvellement et la pérennité du tissu de PME ultramarin.

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises