Cession Commerce

15 propositions pour relancer le commerce

Par Sophie MENSIOR - Le 30 / 07 / 2020
Suivre sur Twitter

15 propositions pour relancer le commerce

Le Conseil du commerce de France a présenté 15 propositions qui s’articulent autour de 5 axes prioritaires afin de soutenir les commerçants. L’accent est mis sur la digitalisation.

Depuis plus de 18 mois, l’activité des commerces est perturbée. Après les mouvements sociaux, la crise sanitaire risque d’entrainer un certain nombre de fermetures et des destructions d’emplois.

Le Conseil du Commerce de France (CdCF), qui regroupe une trentaine de fédérations professionnelles, a remis au ministre de de l’économie, des finances et de la relance, sa contribution au plan de relance, qui doit être présenté en Conseil des ministres le 24 août prochain. William Koeberlé, son président, estime que celui-ci « doit favoriser l’émergence d’un nouveau modèle économique pour les entreprises du commerce, un modèle omnicanal, plus digitalisé et écoresponsable, en phase avec les attentes des clients ».
L’association professionnelle formule ainsi 15 propositions, qui s’articulent autour de 5 axes considérés comme prioritaires par les commerçants.

Fragilité face à la numérisation

Soutenir la digitalisation apparait au premier rang de ceux-ci…Le secteur ayant montré sa fragilité face à la numérisation, « l’adoption d’un modèle multicanal est aujourd’hui impérative pour le commerce français, ce qui implique de nombreux investissements pour faire face à cette transformation », souligne le CdCF.

Autres axes prioritaires : développer les compétences des commerçants et de leurs collaborateurs, maintenir la dynamique de l’emploi du commerce dans les territoires, accroitre le pouvoir d’achat des ménages et soutenir la consommation mais aussi alléger le coût de l’immobilier commercial afin de lutter contre la vacance.

Parmi la quinzaine de propositions figurent notamment l’instauration d’un crédit d’impôt pour soutenir les investissements numériques, la suspension pendant 3 ans de la Tascom (taxe sur les surfaces commerciales), la réduction du poids des impôts de production pour une fiscalité plus équitable face aux pure players, l’exonération de charges sociales de toutes les heures de formation au numérique, l’encouragement à l’embauche du premier salarié. Enfin la création, pour les foyers les plus modestes, d’écochèques sur le modèle belge.

Pour le CdCF « le commerce a plus que jamais besoin d’être soutenu pour se transformer et maintenir son rôle de premier employeur de France».

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises