Cession Commerce

2013, année morose pour l'hôtellerie-restauration

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

2013, année morose pour l'hôtellerie-restauration

Pour les professionnels des hôtels-cafés-restaurants, l'année 2013 s'est terminée dans le rouge. Baisse de la fréquentation et du ticket moyen expliquent ces mauvais résultats.

Sur l'ensemble de l'année 2013, l'activité de la filière HCR (Hôtels-cafés-restaurants) apparaît morose.Ainsi l'annonce le Synhorcat (Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs), qui effectue chaque trimestre une enquête avec L'Observatoire  I+C sur la situation économique de ce secteur.

Selon cette enquête, la tendance annuelle s'établit à -3,5 % et le chiffre d'affaires de la profession se replie de -3 % sur l'ensemble des métiers au cours du 4ème trimestre 2013 par rapport au même trimestre de l'année précédente. "Comme lors de la saison estivale, seule l'hôtellerie (hors hôtels-restaurants) bénéficie d'une progression d'activité ce trimestre (+2,5 %). La baisse du chiffre d'affaires reste modérée pour les hôtels-restaurants (-2,5 %). Les cafés-bars, les traiteurs ainsi que les restaurants affichent des reculs plus marqués (proches de -3,5 %). La baisse d'avère encore plus significative pour les brasseries, à hauteur de -5 % au cours du trimestre sous revue", remarque le syndicat.

Dans l'ensemble des régions, l'activité se contracte. Les professionnels implantés en Bourgogne Rhône-Alpes et dans l'Ouest accusent des baisses particulièrement marquées ce trimestre.
Plus de la moitié des intervenants soulignent une stabilisation de leurs marges au 4ème trimestre 2014. Si un tiers des responsables perçoivent une baisse de cet indicateur, à peine plus de 10 % d'entre eux, font au contraire état d'une hausse. Pour le syndicat, les mauvaises performances de la filière résulte de la diminution conjointe de la fréquentation des établissements et du ticket moyen.

Pour les professionnels de la filière HCR, le début d'année 2014 sera probalement encore difficile. Seuls les intervenants implantés en Ile-de-France se montrent mesurés. Les responsables des autres régions, notamment ceux localisés en Bourgogne/Rhône-Alpes, craignent une nouvelle dégradation de leur chiffre d'affaires pour les mois à venir.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises