Logo cession commerce
2021 : l’année du rebond pour les TPE

2021 : l’année du rebond pour les TPE

Après un effondrement de leur activité en 2020, les petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services ont reconstitué leur chiffre d’affaires en 2021, selon l’enquête annuelle FCGA-Banque Populaire. Un "effet rattrapage" qui s’explique par la levée des restrictions.

Par Sophie MENSIOR - le 11/05/22

« 2021 est  l’année du rebond », déclare Yves Marmont, président de la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA), en présentant l’enquête annuelle des Tops & des Flops des petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services, réalisée en partenariat avec Banque Populaire.

Après l’impact négatif de la pandémie de Covid 19 sur leur activité en 2020 (-9 %), les TPE retrouvent des couleurs avec un indice de +8,2 %. « C’est l’effet rattrapage », ajoute Yves Marmont. Ce retour à la normale s’explique surtout par la levée des mesures de restriction (confinements, fermetures, couvre-feux, télétravail…), qui avaient ralenti les affaires des commerçants et artisans. L’année 2021 est celle de la reconstitution de leur chiffre d’affaires.

Fait inédit : les 12 secteurs d’activité analysés par l’enquête enregistrent tous un chiffre d’affaires en progression nette ou relative pour les cafés, hôtels et restaurants. Ceux-ci affichent un taux d’activité négatif (-1,3 % contre -20,9 % en 2020) mais sont bel et bien portés par une dynamique positive qui réduit très nettement le volume de leurs pertes.

L’équipement de la maison revient sur le devant de la scène (+ 18,8 %). Boosté par l’engouement post-Covid des Français pour leur intérieur, le secteur réalise la plus forte progression d’activité en 2021.

Le commerce de détail alimentaire normalise ses performances

Quant au commerce de détail alimentaire, il normalise ses performances (5,1 %). 3 professions enregistrent une activité en baisse nette ou relative : l’alimentation générale (-3,8 % après +13,3 %), la boucherie-charcuterie (-0,3 % après + 9,7 %) et les détaillants en fruits et légumes (+ 2 % après + 5,4 %). Après les pics atteints en 2020, il s’agit bien d’une normalisation de leur activité.

L’enquête publie également le « hit-parade » des professions :

-Les Tops : les fleuristes (+ 25,6 %), l’ameublement (+ 20 %), l’horlogerie-bijouterie (+ 19,8 %) mais aussi la coiffure artisanale (+ 18,3 %), la pâtisserie (+ 17 %), les laveries et pressings (+ 17 %).

-Les Flops : l’alimentation générale (-3,8 %), les détaillants en fruits et légume (+ 2 %) et la boucherie-charcuterie (-0,3 %). Comme déjà évoqué, il s’agit bien d’une normalisation des performances économiques après une année 2020 hors du commun.

Quant aux prévisions pour 2022, si les économistes s’attendaient à une forte croissance, la guerre en Ukraine conjuguée à une inflation qui semble s’installer, viennent perturber ces prévisions. « Nous avons tous les ingrédients d’une période de grande incertitude », estime le président de la FCGA.