Cession Commerce

62 507 commerces recensés à Paris

Par Sophie MENSIOR - Le 30 / 03 / 2018
Suivre sur Twitter

62 507 commerces recensés à Paris

En 2017, l’équipement commercial est stable dans la capitale par rapport à 2014. Les typologies de commerce suivent les transformations de la société parisienne et de ses modes de consommation.

En 2017, la capitale a comptabilisé  62 507 commerces et services commerciaux, selon le dernier recensement réalisé à l’initiative de la Ville de Paris, la Chambre de commerce et d’industrie de Paris et de l’Apur (Atelier parisien d’urbanisme). Ces chiffres sont stables par rapport à la dernière enquête qui date de 2014.

Ils  traduisent une très forte densité commerciale comparée à celle observée dans les centres-villes des grandes villes de province mais aussi par rapport aux autres établissements publics territoriaux qui composent la métropole du grand Paris ; la capitale se place très largement en première position, loin devant les Hauts-de-Seine (17 000 commerces actifs), la Seine-Saint-Denis (14 400) et le Val-de-Marne (13 300).

Les évolutions commerciales accompagnent et soulignent les transformations de la société parisienne et de ses modes de consommation.

Cafés et restaurants en hausse

Parmi les évolutions marquantes :

Les cafés et restaurants sont en hausse de +4,7 % (soit +652 commerces). Sont concernés principalement les établissements de restauration traditionnelle et rapide. En revanche, le nombre de brasseries est en baisse.

L’hôtellerie évolue favorablement avec 28 hôtels classés supplémentaires. Le secteur poursuit sa mutation avec la baisse des hôtels de catégorie 0, 1 ou 2 étoiles et la hausse des hôtels de catégorie 3, 4 ou 5 étoiles, incité notamment par la forte concurrence des plates-formes de location telles Airbnb…

Les commerces bio ont le vent en poupe

Les boutiques d’équipement de la personne, et notamment celle du prêt-à-porter, connaissent pour la première fois une baisse significative (-350 boutiques).

Les principales hausses dans le commerce alimentaire concernent les supérettes classiques (+ 25 %) et les commerces bio (+ 47 %).  En augmentation également : les commerces spécialisés comme les pâtisseries  (+33 %), les chocolatiers-confiseries-glaciers (+6 %), les fromageries-crèmeries (+ 14 %) ainsi que  les cavistes (+ 10 %).

Culture-loisirs en baisse

En revanche, les commerces de culture/loisirs sont en baisse  (-2,5 %), en raison des usages d’Internet pour acheter en ligne, s’informer ou se divertir. La catégorie la plus impactée étant celle des librairies-journaux (-148 points de vente).  A contrario, les cours de développement personnel (cuisine, danse…) et de formation professionnelle ont augmenté de 14 %, de même que les salles de sport (+ 16 %).

Quant au taux de vacance des locaux, il est en légère hausse, après une baisse marquée entre 2011 et 2014. Il s’établit à 9,3 % contre 9,1 % lors de la dernière période.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises