Cession Commerce

Aide à l'embauche : Le Synhorcat monte au créneau

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Didier Chenet, le président du Synhorcat ( Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs) a été reçu aujourd'hui "en urgence" à Bercy.

Pour quel motif ? Un décrêt paru au JO le 20 décembre dernier excluait les Cafés, Hôtels, Restaurants du dispositif d'aide à l'embauche pour les TPE (Très petites entreprises) prévu dans le cadre du plan de relance de l'économie présenté par Nicolas Sarkozy.  "Ce décret vient remettre en cause la parole donnée par le président de la République", a déclaré Didier Chenet, qui souhaite pouvoir cumuler cette aide, qui s'élève à 184,94 euros par mois pour un salarié nouvellement embauché au SMIC avec les aides Sarkozy (180 euros par salarié pour un restaurateur et 114, 40 euros pour les autres entreprises). Pour rappel, ces aides ont été crées dans le cadre la Loi de soutien à la consommation et à la croissance en 2004 et bénéficient aux CHR, à titre transitoire, dans l'attente d'une réduction du taux de TVA dans la restauration.
"Ces aides ont pour objet de réparer une injustice fiscale. L'aide à l'embauche dans les TPE est une éxonération de charges sociales, elle doit permettre de nouvelles embauches en période de crise", a poursuivi Didier Chenet. 

Celui-ci s'est déclaré satisfait à la sortie de son entretien
. "Nous formons bon espoir d'une révision de ce décrêt pour que nos TPE bénéficient de ces deux aides. C'est essentiel pour nous, 80 % des CHR occupent moins de 10 salariés", a-t-il conclu. Reste à voir s'il sera entendu...
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises