Cession Commerce

Artisanat du bâtiment : la croissance au rendez-vous en 2018

Par Sophie MENSIOR - Le 22 / 01 / 2019
Suivre sur Twitter

Artisanat du bâtiment :  la croissance au rendez-vous en 2018

En 2018, l’artisanat du bâtiment a encore progressé, même si des signes d’essoufflement se sont manifestés au 4ème trimestre, selon la dernière note de conjoncture de la Capeb. Les perspectives pour 2019 sont plus mesurées.

Pour les entreprises de l’artisanat du bâtiment, la croissance a été au rendez-vous en 2018 avec une progression moyenne de l’activité de +2,5 % en volume, comme en 2017. Cependant elle a connu un ralentissement progressif : au quatrième trimestre 2018, elle s’établit à + 2 % contre 2,5 au premier trimestre. Les entreprises affichent par ailleurs de légères difficultés de trésorerie en fin d’année.

Pour la Capeb (La Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment)  qui publie la note de conjoncture du quatrième trimestre 2018 : «  Ce moindre dynamisme, conjugué à une diminution du nombre de permis de construire laissent entrevoir une année 2019 en demi-teinte ». La confédération prévoit ainsi une croissance annuelle, plus mesurée, de +0,5 %, avec un second semestre particulièrement morose dans la construction neuve.

Progression plus dynamique pour les entreprises de 10 à 20 salariés

Toutes les entreprises artisanales voient la croissance de leur activité ralentir au 4ème trimestre. Toutefois, celles qui comprennent entre 10 et 20 salariés enregistrent une progression plus dynamique de + 3 % contre +2 % pour celles de moins de 10 salariés.

Ce sont les métiers de la maçonnerie, de la couverture-plomberie-chauffage et de l’électricité qui bénéficient de la meilleure croissance (+2,5 %). Quant aux métiers de la menuiserie-serrurerie et l’aménagement-décoration, ils se positionnent en léger retrait avec une progression de +1,5 %.


Baisse du nombre de jours de carnets de commande

En ce qui concerne la trésorerie, 22 % des entreprises du secteur font état de besoins de trésorerie (contre 23 % au même trimestre de l’année précédente), mais 67 % d’entre elles déclarant un besoin de trésorerie en hausse et supérieur à 10 000 euros.


Autre donnée communiquée par la Capeb : le nombre de jours de carnet de commande poursuit sa baisse. Les carnets de commande représentent 76 jours de travail au 4ème trimestre 2018, soit 11 jours de moins qu’un an auparavant et 4 jours de moins qu’au trimestre précédent. « Les carnets de commande se renouvellent avec de plus en plus de difficultés en entretien-rénovation comme en construction neuve », souligne la confédération.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises