Cession Commerce

Avec le numérique, le commerce indépendant peut regagner des parts de marché

Par Sophie MENSIOR - Le 20 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Avec le numérique, le commerce indépendant peut regagner des parts de marché

Internet ouvre aux commerces indépendants de proximité des perspectives en termes d'activité et d'évolution des pratiques. C'est la thèse de la dernière étude de Precepta.

La revanche du commerce indépendant (300 000 magasins et plus de 120 milliards d'euros de CA cumulé)  passe par le numérique ! Ce sont les experts de Precepta (groupe Xerfi) qui le disent, avec la publication d'une étude, qui a pour thème  : "le commerce indépendant de proximité face à Internet et au e-commerce -La transition numérique pour de réelles perspectives de croissance".

Après avoir souffert de la concurrrence des grandes surfaces de périphérie, de l'essor des enseignes nationales et internationales au coeur des villes, de la multiplication des formats alimentaires de proximité par les Grandes surfaces alimentaires, et enfin du dynamisme du e-commerce et des pures players, le petit commerce français n'a pas dit son dernier mot.

S'il représente 70 % du parc des magasins, il ne pèse qu'environ 30 % du chiffre d'affaires de l'ensemble du commerce de détail, selon les calculs des experts de Precepta. Pour les auteurs de l'étude, "le moment est idéal et les conditions sont réunies pour que la greffe prenne entre le petit commerce et Internet : le consommateur mobile et ultra -connecté plébiscite à nouveau le magasin ainsi qu'un retour aux valeurs traditionnelles du commerce (proximité, accueil, service..). Et surtout, il exprime un besoin d'authenticité et de lien social que seul le petit commerce peut satisfaire".


Pour cela, les commerçants doivent s'appuyer sur la mise en place d'un site Web propre mais également sur une optimisation du référencement du point de vente sur des portails (moteurs de recherche, annuaires...) pour accroître leur visibilité dans les résultats des requêtes locales et géolocalisées des consommateurs. Compte-tenu du rôle fondamental du smartphone, ils doivent  être présents sur Internet mais aussi sur l'ensemble des supports mobiles (via le Web ou des applications).

Dévéloppement des e-services

Les petits commerces doivent miser aussi sur le développement des e-services. Que ce soit pour moderniser l'existant avec par exemple l'intégration d'un module de prise de rendez-vous en ligne sur le site d'un salon de coiffure. Ou pour revoir complètement leur prestation, comme le pressing connecté, qui permet de suivre le service en ligne et le dépôt/retrait du linge en boutique ou des casiers accessibles 24h sur 24.

Alors que plus de la moitié des commerces de proximité n'ont pas encore de site Internet, de nombreaux acteurs ont compris le potentiel de leur entrée dans le numérique, en particulier ceux issus du référencement local : moteurs de recherche, annuaires en ligne, médias sociaux, moteurs de recommandation ou services de cartographie...

Souvent dépourvus de culture Web, de moyens financiers et de compétences pour investir sur la Toile, le commerce indépendant peut bénéficier du soutien croissant des villes, qui tentent de redynamiser et moderniser le tissu commercial local. Par exemple, on voit fleurir des plates-formes marchandes locales (fruit d'un partenariat entre les villes, des CCI et des unions locales de commerçants), généralement associées à des dispositifs click & collect ou à des dispositifs de retrait des marchandises placés sur les trajets des clients, notamment en zone de transit.




 

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises