Cession Commerce

Baisse de la TVA dans la restauration : un bilan en demi-teinte

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

C'est mardi 15 décembre, que s'est réuni le comité de suivi du contrat d'avenir, afin de faire le point sur la mise en oeuvre des contreparties liées à la baisse de la TVA dans la restauration. Un bilan qui s'avère pour le moins mitigé, notamment en matière de baisse de prix et d'embauches.

En matière de baisse des prix :
- Les chiffres publiés par l'Insee pour le mois de novembre n'allaient pas vraiment dans le sens d'une baisse puisqu'ils annonçaient une augmentation de 0,1 %, soit une hausse équivalente à celle enregistrée par l'ensemble des prix à la consommation. Au total, depuis le 1er juillet , la baisse des prix est de 1,4 % dans la restauration et de 1 % dans les cafés. On est loin des 3 % attendus.
 - Autre donnée : 55 % des restaurateurs ont affiché une baisse des prix sur au moins 7 produits , et 37 % affichent la vitrophanie.

En matière sociale :
-Un accord social a été signé entre les 5 organisations salariales : CFDT, CFTC, CGC, CGT, FO et les organisations patronales : la CPIH, la Faghit, et le Synhorcat. Seul hic : la principale organisation patronale, l'Umih, ayant refusé de le signer.
-Concrètement, l'accord prévoit une hausse générale des salaires, avec une revalorisation moyenne de la grille salariale de 5 %, une prime TVA annuelle de 2 % du salaire annuel, plafonné à 500 euros, deux jours fériés supplémentaires et la création d'une mutuelle santé.
-augmentation du nombre d'apprentis : +5,6 % des contrats de professionalisation, +4,6 % des contrats d'apprentissage, et création d'une mission sur l'alternance pilotée par le chef Régis Marcon.

En matière d'investissements :
-le lancement le 15 septembre du fonds de modernisation de la restauration géré par Oséo
-la mise en place du Prêt participatif pour la modernisation de la restauration, depuis le 29 octobre 2009. Il est ouvert aux seuls restaurateurs ayant baissé leurs prix.
-Labellisation de 550 "maîtres restaurateurs". L'objectif fixé par le contrat d'avenir est de 3 000.

Cinq mois après la mise en oeuvre du contrat d'avenir, qui doit se dérouler sur 3 ans, il reste du chemin à faire...

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises