Cession Commerce

Cafés-hôtels-restaurants : recul du chiffre d'affaires en 2014

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Cafés-hôtels-restaurants : recul du chiffre d'affaires en 2014

Dans la lignée des deux années précédentes, la filière CHR (Cafés-hôtels-restaurants) a connu une baisse de son chiffre d'affaires en 2014. Les cafés-bars sont les plus impactés, selon le bilan du GNI (Groupement national des indépendants).

Les CHR (Cafés-hôtels-restaurants) font grise mine et attendent la reprise...Impactée par les problématiques économiques nationales, la filière a vu son chiffre d 'affaires reculer de 3 % en 2014 sur l'ensemble des métiers, dans la lignée des deux années précédentes. Tel est le bilan dressé par le GNI (Groupement national des indépendants), organisation professionnelle indépendante au service des hôtels, cafés, restaurants, organisateurs de réceptions et établissements de nuit indépendants et patrimoniaux. Le GNI fédère le Synhorcat, la Fagiht et la CPIH.

La majorité des professionnels interrogés dans le cadre de ce bilan fait cependant état d'une stabilisation de leurs marges en fin d'année 2014 mais la part des professionnels soulignant une baisse de ces dernières se renforce, alors que celle des professionnels constatant une hausse s'attenue, désormais respectivement 35 % contre 8 %.

Si l'ensemble des métiers du secteur a vu son chiffre d'affaires reculer en 2014, ce sont les cafés-bars, qui ont été le plus concernés par cette baisse avec un recul de 6 %. "Ces grandes difficultés constatées depuis plus de 2 ans perdurent en 2014 et laissent craindre une disparition progressive de cette filière", estime le GNI.
1/3 des professionnels soulignent une baisse de la fréquentation et seulement 10 % des acteurs de la profession constatent une hausse du ticket moyen.

Quant à la situation financière des entreprises de ce secteur, elle reste délicate. Près d'un tiers d'entre elles font état d'une dégradation de leur trésorerie.

Seuls les professionnels implantés dans le Sud-Ouest affichent une stabilité de leur activité au 4ème trimestre. Dans les autres régions, la baisse varie de -1,5 % dans l'Ouest et le Centre, à -5 % en Ile-de-France et en Bourgogne-Rhône Alpes.

Pour l'instant, les professionnels ont le moral en berne, et plus de trois sur 10 prévoient une dégradation de leur activité pour le début de l'année 2015.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises