Cession Commerce

Combien ont gagné les commerçants en 2011 ?

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Combien ont gagné les commerçants en 2011 ?

En dépit d'un contexte économique difficile, les commerçants et les artisans ont renoué avec la croissance en 2011, selon l'étude la FCGA. Mais celle-ci met également en évidence une baisse de -6,1 % des investissements dans ces petites entreprises.

Se jouant de la crise, l'activité des petites entreprises du commerce et de l'artisanat a redémarré en 2011 avec +2,6 % contre +0,9 % en 2010. Hausse du chiffre d'affaires et stabilité de la variation des benéfices avec un résultat courant moyen qui s'établit à +2,3 % (contre +2,1 % l'année précédente), tels sont les constats de la Fédération des centres de gestion agréés, dans la 18 ème édition de son recueil "Chiffres et commentaires".

Globalement les artisans et les commerçants ont renoué avec la croissance mais la FCGA a constaté de fortes disparités sectorielles. Si les transports (+4,4 %) et le bâtiment (+4,3 %) font la course en tête, la culture et les loisirs (-0,2 %) ainsi que la santé (+0,9 %) figurent en queue de peloton.

L'étude met également en exergue une baisse "inquiétante" des investissements dans les petites entreprises du commerce et de l'artisanat : -6,1 %. Pour la FCGA, ce constat est préocuppant : "la réduction des investissements dans les TPE peut menacer la qualité de leur outil de production et affaiblit leur compétitivité."

Disparités selon les professions

La FCGA procède également à une analyse comparative des résultats courants bruts (avant versement des cotisations sociales dues par le chef d'entreprise), celle-ci laisse apparaître d'importants écarts entre les différentes professions.

En 2011, le résultat courant moyen brut, tous secteurs confondus s'élève à 50 000 euros (contre 48 000 euros en 2010). Mais il chute à 42 000 euros si l'on exclut les métiers de la santé (pharmaciens, opticiens, prothésistes dentaires).

-Ceux qui gagnent mois de 33 000 euros :
-l'antiquité-brocante : 32 000 euros
-la coordonnerie : 32 000 euros
-la restauration rapide : 32 000 euros

-Ceux qui gagnent entre 33 000 et 41 250 euros :
-la maroquinerie : 41 000 euros
-l'électroménager-TVHifi : 41 000 euros
-les cafés-restaurants : 40 000 euros

-Ceux qui gagnent entre 41 250 et 49 500 euros :
-la boulangerie-pâtisserie : 49 000 euros
-la charcuterie : 49 000 euros
-la maçonnerie : 49 000 euros

Ceux qui gagnent plus de 49 500 euros :
-la pharmacie : 168 000 euros
-l'optique-lunetterie : 93 000 euros
-le transport de malades (ambulances) : 79 000 euros

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises