Cession Commerce

Commerce et artisanat commercial : radiographie des métiers

Par Sophie MENSIOR - Le 18 / 10 / 2019
Suivre sur Twitter

Commerce et artisanat commercial : radiographie des métiers

3,5 millions d’actifs travaillent dans les établissements du commerce et de l’artisanat commercial. Diversifiés selon les secteurs, ces métiers présentent dans certains domaines peu de mixité, selon une étude de l’Insee.

L’Insee s’est penché sur les métiers du commerce et de l’artisanat commercial. Comment se répartissent-ils, quels sont les effectifs, quelle est la proportion hommes-femmes ?

Première donnée chiffrée : en 2018, 3,5 millions de personnes, dont 0,5 million de non-salariés, travaillent dans les établissements du commerce et de l’artisanat commercial. Dans cette étude, celui-ci regroupe les établissements ayant pour activité la boulangerie, la cuisson de produits de boulangerie, la pâtisserie, la charcuterie et la boucherie.

Le commerce de détail est le principal employeur avec 1,9 million d’actifs, suivi par le commerce de gros (1 million), le commerce et la réparation d’automobiles (0,4 million,) et l’artisanat commercial (0,2 million). Ces métiers sont fortement diversifiés selon les secteurs et peuvent être regroupés en 5 familles principales : les métiers commerciaux, les métiers de l’artisanat et de l’industrie, les métiers de la logistique, les métiers support et ceux en lien avec la santé.

Les métiers commerciaux concentrés… dans le commerce de détail

Les actifs exerçant un métier commercial sont logiquement majoritaires dans l’ensemble du commerce : 53 % en 2018. Ils sont particulièrement présents dans le commerce de détail avec deux tiers des actifs et y sont en moyenne peu qualifiés : 59 % d’entre eux sont des employés (vendeurs et caissiers).

Une majorité des actifs de l’artisanat commercial (60 %) et du commerce et de la réparation automobiles (55 %) exercent dans un métier artisanal ou industriel. Dans l’artisanat commercial, une part croissante de ces actifs (69 % en 2018 contre 62 % en 2010) sont ouvriers (boulangers, pâtissiers, bouchers, charcutiers…)

Quant aux métiers logistiques, ils sont surtout présents dans le commerce de gros. Le poids des métiers support est en déclin, en revanche les effectifs des métiers en lien avec la santé progressent.

Peu de femmes dans les CSP les plus élevées

Dans son ensemble, le commerce apparaît comme un secteur globalement mixte, avec 47 % de femmes et 53 % d’hommes en 2018. Presque équilibré dans l’artisanat commercial, la balance penche cependant fortement du côté masculin dans le commerce automobile et le commerce de gros, avec respectivement 83 % et 66 % d’hommes et du côté féminin dans le commerce de détail, où l’on trouve 60 % de femmes.

Autre constatation de l’étude : les femmes sont toujours peu présentes dans les catégories socio-professionnelles les plus élevées. En 2018, 42 % des femmes travaillant dans les secteurs commerciaux appartiennent aux CSP les plus élevées (profession intermédiaire, cadre, commerçant indépendant ou chef d’entreprises) contre 54 % des hommes.

Ce déséquilibre étant plus marqué dans le commerce que dans le reste de l’économie marchande…

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises