Logo cession commerce
Confinement dans 16 départements :  les commerces autorisés à ouvrir

Confinement dans 16 départements : les commerces autorisés à ouvrir

 

Depuis samedi 20 mars, environ 90 000 commerces ont dû fermer leurs portes.  Le gouvernement donne des précisions sur les commerces autorisés à ouvrir et ceux qui doivent fermer, suite aux annonces du premier ministre.

Par Sophie Mensior - le 23/03/21

Afin de lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19, le premier ministre a annoncé, jeudi 18 mars, la mise en place d’un confinement dans 16 départements, ceux des régions Ile-de-France et Hauts-de-France, la Seine-Maritime, l’Eure et les Alpes-Maritimes.

Ces mesures de restriction supplémentaires conduisent à fermer environ 90 000 commerces (en incluant les quelque 25 000 commerces déjà fermés dans les centres commerciaux sur l’ensemble du territoire national).

Le gouvernement a donné des précisions quant aux commerces autorisés à ouvrir, à partir du samedi 20 mars dans les territoires soumis au confinement.

Les commerces autorisés sont :

-les commerces ouverts lors des deux premiers confinements

-les libraires

-les disquaires

-les salons de coiffure

-les magasins de bricolage

-les magasins de plantes et fleurs

-les chocolatiers

-les cordonniers

-les concessions automobiles (sur prise de rendez-vous)

-les visites de biens immobiliers.

Les commerces situés dans les centres commerces qui étaient fermés, le resteront. Les marchés mixtes en extérieur restent ouverts.

Dans les territoires soumis au seul couvre-feu, les mesures restent inchangées : les commerces demeurent ouverts, à l’exception des commerces non alimentaires des grands commerces et des centres commerciaux de plus de 10 000 m² (territoire sous vigilance renforcée) et 20 000 m² (reste du territoire). Les pharmacies en centre commercial restent, quant à elles ouvertes.

Pour les commerces fermés, le click & collect reste une possibilité sauf pour ceux situés dans les centres commerciaux.

Autre précision : ceux qui sont fermés administrativement bénéficieront du fonds de solidarité dans sa version renforcée avec un droit d’option pouvant aller jusqu’à 10 000 euros par mois ou 20 % du CA plafonné à 200 000 euros.

Pour ceux dont le chiffre d’affaires serait supérieur à 1 million d’euros, ils bénéficieront du dispositif de prise en charge des coûts fixes à hauteur de 70 % pour les entreprises de plus de 50 salariés et 90 % pour celles qui ont moins de 50 salariés. L’activité partielle prise à charge à 100 % sera appliquée pour les salariés de ces commerces ainsi que l’exonération de cotisations sociales.

Ces commerces peuvent également bénéficier d’une aide 500 € pour couvrir une partie des frais qu’ils peuvent engager pour leur numérisation.