Cession Commerce

Coup de froid sur la restauration

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Coup de froid sur la restauration

Après une très bonne année 2011, la restauration est en recul, sur les différents segments de marché, depuis le début 2012, selon Gira Conseil. Différentes causes sont envisagées.

Si l'année 2011 été l'une des meilleures depuis 10 ans (+4,7 % en chiffre d'affaires et près de 3 % en fréquentation), la CAHD (consommation alimentaire hors domicile) marque le pas en ce début d'année 2012, indique Gira Conseil, spécialiste marketing & développement de la restauration, dans son premier bilan de l'année. En effet, le 1er quadrimestre se solde par un recul du chiffre d'affaires de 5 à 8 %, selon les segments de marché.

Selon Gira Conseil, "le grand responsable de ce recul est la fréquentation, qui à période comparable décroche fortement". Les mois de janvier et février ont eu du mal à redémarrer avec des niveaux d'activité oscillant entre +1 % et -2 %. Le mois de mars, avec une météo plutôt favorable, est repassé en positif de  + 2 % à  +6 %, et particulièrement pour la VAC (Vente au comptoir), au détriment du SAT (Service à table).
Avril et mai ont été qualifiés de très mauvais par les acteurs du secteur, dont les chiffres d'affaires à période comparable, décrochent de -7 % à -15 %. Les indicateurs sont donc repassés au rouge, et de façon assez brutale depuis la fin du mois de mars.

Les raisons sont multiples : le moral des ménages qui est au plus bas, le pouvoir d'achat 2011, qui vient d'être révisé par l'Insee et qui aurait reculé de 0,1 %, suite à l'introduction de nouvelles données, la période  pré-elections présidentielles, qui a été la cause d'un phénomène d'attentisme, la montée du taux de chômage et celle du taux d'épargne. Mais aussi "la réduction de la voilure sur les dépenses superflues", avance le cabinet Gira Conseil.

Pour l'instant, les différents acteurs (indépendants ou structurés), tentent d'enrayer ces chutes de fréquentation par des offres et des promotions. "Mais quel sera à terme l'impact sur les marges et cela suffira t-il à faire sortir hors du domicile et  à faire dépenser les consommateurs ? " s'interroge Gira Conseil.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises