Cession Commerce

Des Etats généraux de la restauration à la mi-avril

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Alors que le Conseil des ministres de l'Economie et des Finances  européens a pris hier la décision d'autoriser un taux réduit pour la restauration, le Président de la République Nicolas Sarkozy a reçu ce matin les principales organisations syndicales de ce secteur. Il a annoncé "la tenue d'états généraux de la restauration" avant la fin du mois d'avril. Des Etats Généraux que le Synhorcat  (Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs) avait demandés et qui se tiendront avec les différentes organisations professionnelles du secteur.
L'objectif des ces Etats Généraux étant de discuter des modalités de la baisse de la TVA dans la restauration, y compris au niveau du taux qui reste à fixer.
"Notre demande a toujours été fixée à 5,5 %. C'est la seule mesure qui pourra permettre aux professsionnels de participer pleinement à la relance économlque de la France", a indiqué Christine Pujol, présidente de l'Umih (union des métiers et des industries de l'hôtellerie). "Toutefois le secteur des CHRD devra s'engager sur des contreparties et des investissements concrets qui porteront notamment sur les salaires, l'emploi, l'investissement et la baisse des prix", a-t-elle ajouté. Dans cette optique, l'Umih peaufine ses chiffres depuis plusieurs semaines avec les services de Bercy. Une étude commandée à l'IFRAP (Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques) devrait permettre de connaître prochainement l'impact des effets induits de la baisse de la TVA à 5,5 % en en termes d'emploi, de rémunération et d'investissement.
De son côté, Didier Chenet, président du Synhorcat, s'est félicité des relations constructives entre la profession unie et le Président de la République. "La concertation continue et le travail commence sous les meilleurs auspices", a-t-il déclaré. "Les contreparties en matière d'emploi, de prix et d'investissements sont essentielles pour que le secteur sorte de la crise et continue son avancée vers la modernité. La réduction du taux de TVA devra également permettre aux entreprises de reconstituer leurs marges et d'assurer leur pérennité", a ajouté Didier Chenet.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises