Cession Commerce

Des propositions pour soutenir le secteur des cafés, hôtels, restaurants

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

ooaa
Des propositions pour soutenir le secteur des cafés, hôtels, restaurants

Face à la situation inquiétante des CHR (cafés, hôtels, restaurants), le Groupement national des indépendants (GNI) formule des propositions pour sortir le secteur de la crise.

La situation est préoccupante voire critique pour les CHR. Selon les résultats de l’enquête menée par le GNI (Groupement national des indépendants hôtellerie & restauration) en juillet et août 2016 sur l’activité économique des hôteliers, restaurateurs et traiteurs, le secteur connaît une baisse de fréquentation, une baisse du ticket moyen, une baisse du chiffre d’affaires et des problèmes de trésorerie.


Ticket moyen en baisse

Pour les deux tiers des restaurants interrogés (66,3 %), l’activité est en baisse sur les mois de juillet et août par rapport à la même période en 2015.
Le ticket moyen a baissé pour 45 % des établissements, et les perspectives d’activité sont négatives pour 50 % des professionnels interrogés.

Des taux d’occupation anormalement bas

Du côté de l’hôtellerie, la situation n’est guère plus florissante. Pour près de 3 hôtels sur 4, l’activité est en baisse pour les mois de juillet et août (76,2 %) 2016 par rapport à la même période de 2015.
Pour le mois de juillet, plus de la moitié des établissements déplore une baisse de 11 à 30 % du chiffre d’affaires. La situation se dégrade en août avec des diminutions allant de 31 à 50 % du chiffre d’affaires pour 18,3 % des répondants.
Quant aux taux d’occupation, ils sont anormalement bas, inférieurs à 60 % pour un hôtel sur deux à Paris.
Selon le GNI, seul 1 restaurant sur 4 et un hôtel sur 3 est en mesure de faire face à ses échéances  et 1 établissement sur 4 (tous métiers confondus)  envisage des licenciements économiques.


Concurrence déloyale

Un certain nombre de facteurs expliquent cette mauvaise situation : attentats, sentiment d’insécurité, grèves et manifestations,  qui ont dissuadé les touristes de venir dans l’Hexagone.
En cause également, selon l’organisation professionnelle : une crise du secteur en raison d’une concurrence déloyale  des acteurs de l’économie collaborative vers lesquels les clients se tournent afin de profiter de prix plus attractifs en l’absence de charges fiscales et sociales.

Relancer l’activité touristique

Lors d’une rencontre avec Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, le GNI a présenté un certain nombre de mesures afin de sortir au plus vite de cette situation de crise.

Pour les professionnels du secteur, il propose un allègement immédiat des charges fiscales et sociales  et sollicite à ce titre :  un moratoire sur les charges Urssaf de 15 %, une exonération totale des charges sociales pour les contrats d’apprentissage et d’alternance, une réduction voire une exonération des charges sociales pour les contrats d’apprentissage et d’alternance, une réduction voire une exonération de la CFE (Contribution Foncière des Entreprises), une exonération des droits de mutation en cas d’engagement à investir dans la modernisation de l’établissement, …

Le GNI propose également des mesures en direction des touristes et de l’ensemble des clientèles mais aussi afin de  garantir une équité sociale et fiscale entre tous les acteurs, la mise en oeuvre urgente de la Loi Numérique et de la loi Macron.
 

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises