Cession Commerce

Des régularisations prévues pour les travailleurs de l'ombre

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

La loi Hortefeux sur la maîtrise de l'immigration va-t-elle régler le travail au noir ? Une première étape vient en tous cas d'être franchie avec l'article 12ter qui prévoit la régularisation des sans-papiers disposant d'une promesse d'embauche dans un métier et une zone géographique caractérisés par des difficultés de recrutement. Même si la procédure peut sembler précaire, puisque la carte de séjour ne sera délivrée que pour une durée d'un an et son obtention soumise à l'arbitrage des préfectures, les patrons n'ont pas tardé à réagir. Président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), André Daguin a rappelé combien le secteur manquait de main-d'œuvre alors que la proportion de travailleurs sans-papiers y est très importante : "Il paraît naturel qu'un type qui fait son boulot et dont le patron est content puisse être régularisé, a-t-il réagi. Cette mesure donnerait un coup au travail au noir".

Un avis partagé par Christian Baffy, président de la Fédération française du bâtiment qui estime que "cette disposition peut indéniablement permettre de résoudre des situations difficiles au plan humain, tout en prenant en compte la situation de déficit de main-d'œuvre de certaines branches".

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises