Cession Commerce

Des signes de reprise dans l'alimentation et le bâtiment

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

Des signes de reprise dans l'alimentation et le bâtiment

Le chiffre d'affaires des entreprises de l'artisanat et du commerce de proximité reste orienté à la baisse au premier trimestre 2016. Point positif : les entreprises de l'alimentation et du bâtiment sont en croissance.

Enfin des bonnes nouvelles dans l’artisanat  : après plus de trois ans de baisse de chiffre d’affaires, les entreprises de l’alimentation (+1 %) et du bâtiment (+0,5 %) retrouvent le chemin de la croissance.

« De façon plus générale, l’activité des entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité reste orientée à la baisse, même si ce repli s’atténue », indique l’UPA dans un communiqué. Le CA a ainsi reculé de 1,5 % au premier trimestre 2016 par rapport au premier trimestre 2015, alors que ce recul était de -2 % au 4ème trimestre 2015.

L’Ile-de-France fortement affectée


Le secteur de l’hôtellerie-restauration continue de souffrir (-6 %), subissant toujours les effets des attentats de novembre dernier. De même, les entreprises des secteurs de services, de la fabrication et des travaux publics connaissent des difficultés, mais dans des proportions plus limitées (-2 % chacun).

Le recul du chiffre d’affaires est plus sensible dans les entreprises sans salarié (-4,5 %) que dans les autres (0 % dans les entreprises de 6 salariés et plus). Sur un plan géographique, les attentats de novembre continuent d’affecter fortement l’activité en Ile-de-France (-3 %).

Autre signe positif : la proportion d’artisans et de commerçants de proximité anticipant une hausse de leur chiffre d’affaires est en nette augmentation.

Les difficultés de financement perdurent


En revanche, les difficultés de financement persistent puisque les chefs d’entreprise sont plus nombreux à constater une détérioration de leur trésorerie qu’au trimestre précédent.

Jean-Pierre Crouzet, le président de l’UPA commente ainsi ces résultats : « Même si l’on entrevoit quelques raisons d’espérer, la route est encore longue avant que les entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité ne renouent avec une croissance durable. C’est pourquoi le gouvernement doit impérativement prendre en compte prioritairement les attentes des TPE-PME, plutôt que de concocter des lois avantageant les grands groupes. Car ce sont bien nos entreprises qui créent l’essentiel de l’emploi et de la richesse dans ce pays ».

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises