Cession Commerce

Discothèques : l’accès au volet 2 du fonds de solidarité est prolongé

Par Sophie MENSIOR - Le 23 / 09 / 2020
Suivre sur Twitter

Discothèques : l’accès au volet 2 du fonds de solidarité est prolongé

Le ministre chargé des PME, Alain Griset, a reçu les organisations représentatives du monde de la nuit. De nouvelles mesures sont annoncées pour soutenir les entreprises de ce secteur.

Le monde de la nuit est particulièrement ébranlé par la crise sanitaire, les discothèques étant fermées depuis le mois de mars.  Pour faire le point sur la situation du secteur, Alain Griset, ministre délégué en charge des TPE/PME a reçu, de nouveau, les organisations représentatives de cet univers, à savoir le groupement national des indépendants hôtellerie & restauration (GNI-HCR), l’union des métiers et des industries de l’hôtellerie (l’Umih), le syndicat national des discothèques et lieux de loisirs (SNDLL) et l’association française des exploitants de discothèques et dancings (AFEDD).

Suite à cette réunion, l’accès au volet 2 du fonds de solidarité pour les établissements classés P (établissements recevant du public) a été reconduit jusqu’à la fin de l’année 2020 selon les mêmes critères que ceux annoncés en juillet. Il s’agit une aide à la prise en charge des frais fixes dont les loyers jusqu’à 15 000 euros par mois.

Un accès au volet 2 étendu

La réunion a également permis d’étendre l’accès au volet 2 du fonds de solidarité aux entreprises dont les dirigeants ont de pensions de retraite de plus de 1 500 € et qui étaient jusqu’à présent exclus du dispositif.

Le calcul de l’aide doit être modifié pour une « meilleure prise en charge », selon un communiqué de Bercy. L’aide sera égale à la somme des dettes de l’entreprise incluant les loyers commerciaux ou professionnels.

A cette occasion, Alain Griset a appelé les professionnels à « travailler collectivement sur des solutions à long-terme pour ce secteur ».

Des annonces en complément des mesures d’aide
 

Ces nouvelles annonces viennent en complément des mesures d’aide déjà existantes :

-la prise en charge à 100 % de l’indemnité d’activité partielle pour les heures non travaillées jusqu’à fin décembre 2020.
-l’exonération automatique de cotisations sociales au titre de la période d’emploi comprise entre le 1er février 2020 et le 31 mai 2020.
-le prêt garanti par l’Etat (PGE), qui s’adresse aux entreprises et aux professionnels, quelle que soit leur taille, leur activité et leur statut juridique
-les avances remboursables, destinées aux PME qui n’ont pas accès au PGE pour une dotation de 500 ME
-les prêts participatifs destinés aux très petites et petites entreprises (moins de 50 salariés) ayant des difficultés à obtenir un PGE. Ces prêts sont à rembourser en 7 ans.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises