Cession Commerce

Doggy bags obligatoires: les professionnels s'insurgent

Par Sophie MENSIOR - Le 29 / 05 / 2018
Suivre sur Twitter

Doggy bags obligatoires: les professionnels s'insurgent

L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) regrette l’adoption par l’Assemblée Nationale d’un amendement rendant obligatoire la pratique du doggy bag. Pour l’organisation, cela va transformer l’engagement volontaire des professionnels en une nouvelle contrainte réglementaire.

La généralisation des doggy bags à partir de 2021, instaurée par un amendement dans le cadre du projet de loi Alimentation,  n’a pas l’air de recueillir l’assentiment des syndicats de restaurateurs. Après le mécontentement du GNI Synhorcat, l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie), fait part également de sa réaction.

Dans un communiqué,l’Umih estime « qu’en rendant cette pratique obligatoire, cet amendement va transformer l’engagement volontaire des professionnels en une nouvelle contrainte réglementaire ».

Pour le syndicat, les restaurateurs travaillent déjà au quotidien à réduire leurs pertes, tant du côté de la préparation en cuisine que dans les retours de salle, notamment en étudiant leur carte et en adaptant leurs portions. Il rappelle, par ailleurs, quelques chiffres : sur les 10 millions de tonnes jetées chaque année en France, 2 millions sont gaspillées à la maison et 700 000 dans la restauration commerciale.

Sensibiliser et informer
 

« L’essentiel des pertes alimentaires dans nos restaurants est généré dans les phases d’approvisionnement et de transformation des produits. Avant de réglementer, il s’agit de sensibiliser et d’informer. C’est tout le sens du travail mené par l’Umih, auprès de ses professionnels », regrettent Hubert Jan, président de la branche restauration de l’Umih et Karim Khan, président de la commission développement durable.

Mobilisée dès 2013 lors de la signature contre le gaspillage alimentaire, l’Umih rappelle qu’elle était à l’initiative du développement du doggy bag de manière volontaire. Cette pratique est déjà appliquée par certains restaurateurs, qui mettent gratuitement un contenant à disposition de leurs clients, qui en font la demande.

Pour accompagner les professionnels, l’Umih met a déjà publié des guides de bonnes pratiques pour vaincre le gaspillage en restauration (2015) et en hôtellerie (2016), un livre de recettes anti-gaspillage à l’automne 2017. L’organisation professionnelle promeut également une formation contre le gaspillage alimentaire.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises