Cession Commerce

Entreprises de proximité : chiffre d’affaires en baisse de 2 % en 2015.

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

Avec un CA en baisse au dernier trimestre, surtout pour l’hôtellerie-restauration, l’année 2015 se termine dans le rouge pour les entreprises de proximité.

Les entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité ont connu une dégradation de leur activité au cours des trois derniers mois de l’année alors que l’économie française s’est légèrement redressée en raison d’une conjoncture externe favorable (baisse du prix du pétrole, dépréciation de l’euro face au dollar). Leur chiffre d’affaires a ainsi reculé de 2 % au 4ème trimestre,  selon l’enquête de conjoncture UPA/ I+C, la tendance annuelle connaissant la même dégradation.

Résultat en trompe-l’œil


« Il s’agit cependant d’un résultat en trompe-l’œil », estime l’UPA dans un communiqué. La baisse globale provient principalement des mauvais résultats de l’hôtellerie-restauration, qui a subi de plein fouet les effets des attentats du 13 novembre dernier. Le CA de ces entreprises a chuté de 8,5 %.

A l’inverse, les artisans du bâtiment (-1,5 %) et des travaux publics (-3 ,5 %) ont réussi à fortement atténuer la baisse d’activité, qui était à son paroxysme il y a un an. Quant aux entreprises de l’alimentation et de la fabrication, elles se sont stabilisées (0 %) pour la première fois depuis de nombreux trimestres, tandis que les artisans des métiers de service ont connu un repli limité (-0,5 %).

Contraction de l’activité plus marquée en Ile-de-France


Le recul du chiffre d’affaires est plus sensible dans les entreprises sans salarié (-4 %) que dans les autres (-1 % dans les entreprises de 6 salariés et plus). Les attentats de novembre sont également à l’origine d’une contraction plus marquée de l’activité en Ile-de-France (-4 %)

Les artisans et commerçant de proximité demeurent dans l’ensemble inquiets quant à l’évolution de leur activité. Pour autant, l’horizon se dégage légèrement concernant les difficultés de financement puisque l’écart entre les professionnels constatant une détérioration de leur trésorerie et ceux notant  une amélioration se réduit.
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises