Cession Commerce

Entreprises de proximité : chute historique de l’activité

Par Sophie MENSIOR - Le 12 / 08 / 2020
Suivre sur Twitter

 Entreprises de proximité : chute historique de l’activité

En raison de la crise sanitaire, l’activité de l’artisanat, du commerce alimentaire de proximité, et de l’hôtellerie-restauration s’est effondrée au deuxième trimestre 2020. Ce sont les hôtels-cafés-restaurants qui ont été les plus pénalisés.

La chute est historique. C’est le constat, malheureusement sans surprise, d’une enquête commandée par l’U2P (Union des entreprises de proximité) sur l’activité des entreprises de proximité au cours du deuxième trimestre 2020. Celle-ci s’effondre de 28,5 %, après un premier trimestre marqué par une baisse de 5,3 %. Ces résultats masquent cependant de grandes disparités.

C’est le secteur des hôtels, cafés, restaurants, HCR, et du commerce alimentaire de proximité qui paie le plus lourd tribut, avec un CA en baisse de -55 % du CA d’avril à juin 2020.  A eux seuls « les HCR, directement concernés par les fermetures administratives et le confinement, ont connu la situation la plus grave avec une chute de 88 % », indique l’U2P dans un communiqué.

De leur côté, les professions libérales (-26,5 %) et l’artisanat (-24,5 %) ont subi également des reculs sans précédent.

Grande fragilité financière
 

Malgré les dispositifs d’aide mis en place par l’Etat, le point de vue des chefs d’entreprises sur leur trésorerie s’est encore dégradé avec une opinion négative qui passe de 37 % au premier trimestre à 56 % au deuxième, un indicateur qui traduit « la grande fragilité financière d’une majorité d’entreprises », souligne l’Union des entreprises de proximité.

55 % des entreprises ont eu recours à un dispositif d’aides depuis le début de la crise sanitaire mais avec de grandes disparités : seules 19 % des entreprises de l’alimentation en ont bénéficié contre 92 % des hôtels-restaurants. Principales aides reçues : le premier volet du Fonds de solidarité (47 % des entreprises) et les reports de charges (43 %). En revanche, seules 2 % des entreprises ont bénéficié du deuxième volet du Fonds de solidarité et 3 % d’exonérations de charge.

Commentant ces résultats, le président de l’U2P, Laurent Munerot, estime que « le moment n’est pas venu de mettre fin aux mesures de soutien. Au contraire, il faut amplifier les dispositifs, notamment le prêt garanti par l’Etat (PGE) en permettant aux entreprises d’étaler les remboursements dans le temps et à moindre coût ».

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises