Cession Commerce

Grèves et blocages : hôteliers et restaurateurs s’alarment

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

Les syndicats patronaux s’alarment des dommages collatéraux subis par les entreprises, en raison des différents mouvements de blocage que connaît la France depuis plusieurs semaines.

Dans un communiqué, l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) au niveau national comme au niveau de ses fédérations départementales s’alarme « des conséquences graves, économiques et sociales des mouvements de blocage que connaît la France depuis plusieurs semaines. »

Selon le syndicat hôtelier, dans les départements, les adhérents sont dans une situation périlleuse, confrontés à des problèmes d’approvisionnement et d’annulations importantes de réservations pour le week-end à venir.

"Conséquences néfastes pour la destination France "


De même au niveau national, les grèves, la pénurie, les blocages, les violences dans les manifestations reprise par les chaînes d’information « véhiculent des images aux conséquences néfastes pour la destination France, déjà affectée par les tragiques évènements du 13 novembre dernier ». Et cela, alors que l’Euro 2016 doit débuter dans 15 jours.

L’Umih reprend sienne le communiqué de l’interprofession : « Si la grève est un droit, il y également un droit de la grève, qui ne peut avoir pour seule finalité de semer le désordre ».

En effet, cet avis est partagé par les syndicats patronaux. Dans un communiqué commun, la CGPME, la FNSEA, le Medef, l’Udes, l’Unapl, et l’UPA tirent le signal d’alarme face à cette situation, qui entraîne des conséquences aussi bien pour les entreprises  que pour les salariés « Il appartient à l’Etat de veiller au respect du droit et de prendre les mesures permettant de garantir l’intérêt général, la liberté de travailler et de circuler librement », estiment-elles.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises