Cession Commerce

Horlogerie-bijouterie : la croissance est revenue en 2010

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Horlogerie-bijouterie : la croissance est revenue en 2010

Le marché de l'horlogerie-bijouterie retrouve des couleurs. Après cinq semestres consécutifs de récession, il est reparti à la hausse au deuxième semestre 2010 et termine l'année en progression de 2 % par rapport à 2009. En 2010, le chiffre d'affaires de ce secteur tous produits (bijoux, précieux ou fantaisie, montres, bracelets de montres, réveils, réparations) s'élève à 5,3 milliards d'euros TTC. Tels sont les chiffres présentés par le comité Franceclat, présentant les résultats d'une étude réalisée par la Société 5 pour les bijoux et Gfk pour les montres. 

Tous les segments ne sont pas logés à la même enseigne. Les montres et les bijoux en argent sont les gagnants de l'année, affichant respectivement des croissances de 6 %. A noter que dans le segment des montres, ce sont celles qui coûtent  plus de 3000 euros, qui ont connu la plus forte croissance (+14 %). 
En revanche, les bijoux en or tous titres enregistrent une baisse de -2 %. Leur part dans le total des bijoux a tendance à diminuer : de 80 % en 2001, elle est passée à 67,3 en 2010. Une partie du marché s'évadant vers l'argent et le bijou fantaisie. 

Quant aux circuits de distribution, deux d'entre eux tirent leur épingle du jeu : la vente à distance avec une croissance de + 5 % et les bijouteries de centre commercial avec une hausse de + 1 %. Si la VAD se développe, elle a cependant ses limites : au delà d'un certain prix, le consommateur tient à voir le produit. 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises