Logo cession commerce
Hôtels-cafés-restaurants : une situation jugée « catastrophique »

Hôtels-cafés-restaurants : une situation jugée « catastrophique »

Alors que le gouvernement planche sur la réouverture des cafés et restaurants à la mi-mai, le GNI dévoile des chiffres alarmants sur la situation du secteur. Il appelle au maintien des dispositifs d’accompagnement tant que la situation l’exigera.

Par Sophie Mensior - le 21/04/21

Ce n’est pas vraiment une surprise : les chiffres du secteur HCR (hôtels, cafés, restaurants) sont au plus bas. Selon les résultats de l’Observatoire GNI +IC, sur l’ensemble du premier trimestre 2021, le chiffre d’affaires de la filière chute de -84 % à un an d’intervalle. En glissement annuel, la baisse atteint -67 % à l’issue de ce trimestre.

Les causes sont bien connues : depuis le 29 octobre 2020, les restaurants, brasseries, cafés-bars, implantés sur le territoire national, ont été contraints de fermer leur établissement au public et ne peuvent proposer que de la vente à emporter. Si l’hôtellerie reste le seul secteur à pouvoir ouvrir, l’absence de clientèle, aussi bien étrangère que nationale, pèse lourdement sur cette activité.

Du côté des restaurateurs, certains proposent un service de vente à emporter, depuis la fermeture administrative initiée à l’automne. Mais ces ventes ne permettent pas de compenser la perte actuelle de chiffre d’affaires. Cette activité permet plutôt aux professionnels de rester actifs pendant cette période de fermeture. Les pertes de chiffres d’affaires de la restauration atteignent -89 % au cours du premier trimestre 2021, comparé à un premier trimestre 2020 déjà impacté par la crise sanitaire.

Fréquentation des hôtels en chute libre

En ce qui concerne l’hôtellerie, qui est pourtant autorisée à rester ouverte lors des premiers mois de l’année 2021, la situation n’est guère meilleure. La fréquentation des hôtels est en chute libre depuis le début de la crise sanitaire et certains professionnels ont été contraints de fermer leur établissement faute de clients. Le secteur accuse une perte de -74 % au premier trimestre 2021.

Quant aux professionnels des brasseries et cafés-bars, ils restent ceux qui souffrent le plus. Leur activité étant peu compatible avec la vente à emporter…Ils voient leur chiffre d’affaires s’écrouler de -92 % sur l’ensemble du premier trimestre 2021 par rapport au même trimestre de l’an passé.

En termes de régions, elles affichent toutes des chutes « vertigineuses » de chiffre d’affaires. Les pires résultats sont observés en Ile-de-France (les clientèles d’affaires et étrangère ayant désertées Paris) dans le Centre, sur le pourtour méditerranéen et en Auvergne Rhône-Alpes…

Pour Didier Chenet, président du GNI, Groupement national des indépendants hôtellerie et restauration ,« Il sera indispensable que les mesures d’accompagnement demeurent tant que la situation économique l’exigera… »