Cession Commerce

Jouet : le marché français a résisté en 2013

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

ooaa
Jouet : le marché français a résisté en 2013

Les enfants n'ont pas été sacrifiés à Noël. Selon les chiffres communiqués par le groupe NPD, le marché du jouet a terminé, en valeur, l'année 2013 en positif, alors que les ventes ont reculé.

Même en temps de crise, les parents n'ont pas voulu rogner sur le budget consacré aux enfants pour les fêtes de fin d'année. Le marché du jouet a terminé l'année à +0,7 %, soit une valeur de 3,2 milliards d'euros. Le nombre d'unités vendues s'élève à 218 millions de jouets, soit 2 % de moins qu'en 2012. Mais en moyenne, le prix moyen dépensé par jouet est passé de 13,97 euros à 14,40 ¤ en 2013, selon l'enquête menée par le groupe NPD.

"Les résultats français sont meilleurs que ceux observés en Europe. Les 5 plus gros pays européens ont ainsi vu leurs ventes stagner en 2013, après un léger recul de 1 % en 2012. Après un début d'année positif et des ventes en augmentation de 1 % à fin octobre, le marché français a connu une fin d'année à l'équilibre. Comparés à des marchés, comme le Royaume-Uni (-1 %) ou l'Italie (-3 %), on peut dire que les chiffres  français sont positifs et que, comme prévu, 2013 finit mieux que 2012", explique Frédérique Tutt, expert du marché mondial du jouet.

Palmarès des jouets
La peluche interactive Furby et la tablette préscolaire Storio sont les deux jouets " stars" de l'année et se sont disputés la première place au pied du sapin jusqu'aux dernières semaines de 2013. Au final c'est Storio qui a été le jouet le plus vendu en France sur l'ensemble de l'année.
Autres succès : les poupées Monster High et la gamme Lego Friends chez les filles. Côté garçons, la collection Lego Legend of Chima, les figurines Tortues Ninja ou encore les cartes stratégiques Pokemon.

"Grâce à des nouveautés phare (...) et une fin de saison très dynamique, le secteur affiche des résultats solides et confirme le retour attendu au niveau de 2011. Bien sûr le climat économique pèse toujours sur la confiance des consommateurs, qui restent prudents dans leurs achats mais ne sacrifient pas pour autant les cadeaux de Noël pour les enfants, comme nos chiffres de décembre en témoignent", conclut Frédérique Tutt.

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises