Cession Commerce

L'apprentissage impacté par le Coronavirus

Par Sophie MENSIOR - Le 18 / 09 / 2020
Suivre sur Twitter

L'apprentissage impacté par le Coronavirus

Comme les salariés, les apprentis sont également durement touchés par la crise du Coronavirus. C’est le constat de l’édition 2020 du baromètre ISM -MAAF de l’artisanat.

Une majorité de jeunes (52 %) emprunte la voie de l’apprentissage pour se former aux métiers de l’artisanat. Mais la crise sanitaire est venue fragiliser les entreprises artisanales et par conséquent, cette filière de formation en alternance. Durant les mois de mars à juin, la fermeture administrative de certaines activités a contraint près de 25 000 apprentis à cesser leur travail en entreprise. Ce sont celles des services à la personne qui ont les plus durement impactées : coiffure (17 000), soins de beauté (4100) commerce de fleurs (3100).

Cette situation vient ternir les bons résultats des années scolaires précédentes. En 2018-2019, près de 150 000 apprentis se sont formés à ces métiers, un chiffre en hausse de 2 % par rapport à l’année précédente, et cela pour la troisième année consécutive.

Des taux d’insertion dans la vie active favorables

Avantage en cette période de crise : les apprentis en sortie de formation peuvent compter sur un taux d’emploi (la chance d’accéder à un emploi dans les 7 mois suivant la sortie de formation) supérieur aux élèves formés par voie scolaire. Si la disparité tend à se réduire avec l’augmentation du niveau d’étude, au final, un apprenti de l’artisanat ayant son Brevet Professionnel en poche a un taux d’emploi à 7 mois (83 %), bien supérieur à un élève sortant de BTS (68 %).

Autre point positif constaté par le baromètre : 60 % des apprentis sont embauchés en emploi à durée déterminée (CDI) 7 mois après la fin de leur formation en apprentissage.

Diplôme en poche, l’accès à l’emploi des ex-apprentis est facilité par le fait que près d’un sur deux (46 %) est embauché par l’entreprise qui l’a formé. Quant aux secteurs d’activité, c’est celui du BTP où le taux de maintien dans l’entreprise est le plus élevé (52 %) suivi par le secteur des services (46%).

Le baromètre note également la diversité des parcours d’entrée en apprentissage. Si les jeunes démarrent majoritairement la préparation d’un métier avant 18 ans, l’apprentissage s’ouvre désormais aux plus de 26 ans : 1 600 apprentis ont fait ainsi leur rentrée (+25 % par rapport à l’an dernier).

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises