Cession Commerce

L’artisanat se développe dans les grandes agglomérations

Par Sophie MENSIOR - Le 25 / 03 / 2019
Suivre sur Twitter

L’artisanat se développe dans les grandes agglomérations

Le tissu artisanal est présent dans tous les territoires, qu’ils soient ruraux ou urbains. S’il accompagne la dynamique de tous ceux-ci, il existe des disparités. La progression du nombre d’entreprises artisanales est plus forte dans les grandes agglomérations.

La nouvelle édition du baromètre ISM (Institut supérieur des métiers)-MAAF compare la dynamique des entreprises artisanales entre les différents territoires : grandes agglomérations, communes périphériques des villes-centres, villes moyennes, communes rurales et quartiers prioritaires.

Ce qu’il en ressort : les deux tiers des entreprises artisanales, -elles sont 1,1 million au 1er janvier 2017-, sont localisées dans les villes-centres et leur périphérie. 10 % sont implantées dans des villes isolées et 23 % en communes rurales de moins de 2 000 habitants, une proportion identique à celle de la population.

Les grandes agglomérations, moteur pour la création d’entreprises artisanales

Selon les régions, le tissu artisanal est plus ou moins rural : en Bourgogne-Franche-Comté, une entreprise artisanale sur deux est située en commune rurale (contre 7 % en région Sud-PACA et 4 % en Ile-de-France).

Le baromètre recèle une bonne nouvelle : le nombre d’entreprises augmente dans tous les territoires. Il progresse de 22 % dans les communes rurales, un taux proche de celui des villes moyennes (+24 %). La dynamique est cependant plus forte dans les communes périphériques des villes-centres (+31 %), notamment dans les grandes agglomérations de plus de 200 000 habitants et dans l’unité urbaine de Paris (+36 %).

Des activités spécialisées par unité urbaine

Certaines activités sont fortement rurales comme le travail du bois (44 % des entreprises sont localisées en communes rurales). Un tiers des entreprises d’ameublement ou d’extraction de pierres, de fabrication de pièces en verre et céramique sont également rurales.

D’autres activités sont surreprésentées dans les villes-centres, comme les entreprises de textile-cuir-habillement (40 % d’entre elles y sont localisées), celles de bijouterie, imprimeries, coiffure, esthétique (39 %) ou de boulangeries-pâtisserie (35 %).

Les communes périphériques des villes-centres concentrent, quant à elles, la majorité des entreprises de transport (taxis/VTC/déménagement) et d’entreprises du BTP (construction de bâtiments, travaux d’installation), ainsi que 39 % des entreprises artisanales du travail des métaux.


Des disparités selon les villes moyennes

Le baromètre fait également un focus sur les 222 villes du programme « Action Cœur de Ville ». L’artisanat commercial (boulangeries, boucheries, poissonneries, coiffeurs, fleuristes, pressing…) joue un rôle important d’animation commerciale dans ces villes moyennes.

Toutes les villes ne sont pas à égalité concernant la densité de cet artisanat de boutiques : elle va de 11 entreprises pour 10 000 habitants à Gonesse à 55 au Puy-en-Velay.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises