Cession Commerce

L’hôtellerie tire son épingle du jeu en décembre 2019

Par Sophie MENSIOR - Le 12 / 02 / 2020
Suivre sur Twitter

L’hôtellerie tire son épingle du jeu en décembre 2019

Contre toute attente, les résultats sont plutôt positifs pour l’hôtellerie française lors du dernier mois de 2019. Toutes les régions sont en progression, le record revenant à l’Ile-de-France.

Malgré les mouvements sociaux et la grèves des transports, l’hôtellerie française termine le mois de décembre 2019 dans le vert, selon l’Observatoire des performances hôtelières Umih-GNC OlaKala Destination.

Ainsi le taux d’occupation (TO) gagne +0,5 point par rapport à la même période de l’an dernier, pour grimper à une occupation moyenne nationale de 57,5 % de chambres occupées. Le prix moyen (PM) est en hausse également (+1,4 %) pour atteindre 90, 50 € HT, conduisant à un revenu par chambre disponible (RevPAR) en croissance de +2,3 % pour 25,10 € HT.

Haut de gamme et super-éco en hausse

Encore une fois, c’est le segment haut de gamme, qui tire les résultats à la hausse mais pour le mois de décembre 2019, il n’est pas le seul : le super-économique l’accompagne dans cette dynamique positive. Le haut de gamme progresse ainsi de +1,7 point d’occupation en décembre et le super-éco de +1,3 point. En revanche, les segments économique et moyen de gamme accusent des pertes de part de marché, de -0,2 point chacun.

Côté prix moyen, tous les segments haussent leur tarif, seul l’hôtellerie moyen de gamme baisse son prix moyen à hauteur de -0,1 %, conduisant à une baisse de RevPAR de – 0,5 % (57,80 € HT). Le super-éco connaît la plus forte croissance des prix ; +2,8 % de prix moyen pour un REVpAR qui augmente de +5,3 %.

En termes de zones géographiques, toutes les régions sont en progression. Le record revient à l’Ile-de-France (hors Paris) avec un gain net d’1 point d’occupation pour un TO de 66,1 %. La ville de Paris,seule, continue d’afficher la meilleure occupation nationale (TO 70,9 %), même si le marché stagne en décembre (+0,5 point).


Les dynamiques s’inversent en décembre
 

Très impactée par le phénomène des grèves, la province ralentit son évolution par rapport au mois précédent, pour atteindre un TO de 52,2 %. Les régions (hors Ile-de-France) connaissent ainsi l’évolution la plus basse du panel alors qu’en novembre et on octobre, elles tiraient au contraire les résultats du pays…Les dynamiques s’inversent pour le dernier mois de l’année 2019.

En ce qui concerne les villes de province, quelques-unes connaissent un beau mois de décembre. Tout d’abord Nice, qui a « surperformé » en raison d’un congrès scientifique, d’un concert de Zazie et des fêtes de fin d’année… Lyon n’est pas en reste, avec la Fête des Lumières…Enfin Bordeaux enregistre une belle poussée du RevPAR (+5,7 %), gagnant des parts de marché en ce dernier mois de l'année…

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises