Cession Commerce

L'immobilier de commerces a mieux résisté en centre-ville

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Le marché des centres-ville est resté très dynamique en 2008. C'est le constat de du conseil en immobilier Cushman & Wakefield, lors de son bilan annuel, consacré notamment à l'immobilier de commerces. "Avec une demande soutenue des enseignes de luxe et des enseignes internationales, le marché des rues commerçantes de centres-villes reste attractif  ", a indiqué Christian Dubois, directeur général de Cushman & Wakefield France.
Les centres commerciaux ont souffert de la baisse des consommation des ménages, avec une baisse de fréquentation de1,7 % par rapport à l'année précédente. Ainsi certaines enseignes ont ajourné leur projet de développement. Autre conséquence de la crise de la consommation: des négociations de baux plus ardues.
Ce sont les parcs commerciaux situés en périphérie qui ont été le secteur le plus impacté par la crise et la baisse de la consommation. Les enseignes, qui y sont implantées, n'ont pas atteint la rentabilité escomptée. Un contexte qui les incite à concentrer leur demande sur les meilleurs emplacements. Malgré cela, 580 000 m² ont quand même été ouverts contre 674 000 m²  en 2007.
Pour 2009, le conseil en immobilier prévoit une stabilité des valeurs locatives en centre-ville et pour les centres commerciaux. Pour les parcs périphériques, Cushman & Wakefield anticipe une baisse, les résultats des enseignes n'étant pas à la hauteur de leurs attentes.
De façon plus générale, le retournement favorable des marchés immobiliers dépendra du retour à la bonne santé des banques, donc à l'octroi du crédit.


< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises