Cession Commerce

La fréquentation touristique recule au dernier trimestre 2015

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

Suite aux attentats du 13 novembre dernier, la fréquentation dans les hébergements collectifs touristique se replie (-1,7 %), selon l’enquête de conjoncture de l’Insee. Principale raison : la diminution de la clientèle étrangère.

Les différentes enquêtes le confirment : la fréquentation touristique a reculé en France au quatrième trimestre 2015. Elle se replie nettement par rapport à la même période de 2014 (-1,7 %), selon la dernière enquête de conjoncture de l’Insee. Après trois trimestres consécutifs de hausse, ce recul résulte des effets des attentats dans la capitale du 13 novembre dernier. La fréquentation diminue surtout du fait de la clientèle étrangère.
 

L’ile-de-France particulièrement affectée


Dans les hôtels de l’agglomération parisienne,  la fréquentation y baisse globalement de 6,8 % et davantage pour la clientèle étrangère (-9,8 %). Dans les autres hébergements collectifs, le recul est encore plus marqué : la baisse globale (-12,2 %) est tirée par la chute de 36,6 % de la clientèle étrangère.
 

Les nuitées en hôtels diminuent


La fréquentation hôtelière recule au quatrième trimestre (-1,3 % en glissement annuel après +3,3 %). Les nuitées de clients étrangers sont en net retrait (-5,7 % après +4,2 %). Ce repli touche essentiellement la région parisienne. En province, au contraire, la fréquentation touristique résiste.
Le taux d’occupation des chambres diminue sur un an de 1,7 point pour s’établir à 53,3 %, compte-tenu du net repli de leur commercialisation, associé à une légère augmentation des capacités offertes.

Fréquentation en baisse dans les autres hébergements collectifs touristiques


La fréquentation dans les autres hébergements collectifs touristiques (résidence tourisme, village vacances..) diminue nettement au quatrième trimestre 2015 (-3 % sur un an), ce qui tranche avec la nette hausse du trimestre précédent (+ 4,1 %).
Les résidences de tourisme ou hôtelières, qui concentrent l’essentiel  des nuitées des AHCT, voient leur fréquentation reculer fortement (-4,5 %), du fait d’une désaffection de la clientèle étrangère (-18,9 %).
En agglomération parisienne, la fréquentation reflue de façon encore plus marquée que pour  l’hôtellerie. La montagne semble, par ailleurs, pâtir de la douceur du climat en décembre.
Le nombre de locations dans les AHCT baisse plus fortement que l’offre d’hébergement. Ainsi le taux d’occupation diminue de 1,1 point sur un an à 50,8 %.

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises