Cession Commerce

La reprise de fonds de commerce a été dynamique en 2012

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Avec une hausse du nombre de transactions et de leur prix moyen, l'année 2012 s'est révélée faste pour la reprise des fonds de commerce, selon le 3ème baromètre Bodacc-Altares. Les PME misent sur cette formule pour doper leur croissance.

Comme l'an dernier et déjouant les prévisions alarmistes, les ventes et cessions de commerces et d'industries en France ont poursuivi leur création de valeur et ce près de 4 ans et demi depuis le début de la crise. Les opportunités de croissance ont tiré le prix des fonds en 2012. C'est que révèle le 3 ème baromètre Bodacc (Bulletin officiel des annnonces civiles et commerciales) , en partenariat avec Altares, acteur spécialisé dans l'information sur les entreprises.  Ce baromètre détaille notamment le nombre de transactions et leur montant par région mais aussi taille ou catégorie juridique des acquéreurs.

"Dopée par des PME soucieuses d'accélérer leur développement par des opérations de croissance externe, la reprise de fonds de commerce a été dynamique en 2012", indique le 3è baromètre Bodacc-Altares.
Chiffres à l'appui : 48 600 activités ont changé de main, soit 7,8 % de plus qu'en 2011. Le montant moyen des transactions s'établit à près de 199 500 euros, en hausse de 6,1% par rapport à 2011. Au global, plus de 11 milliards d'euros ont ainsi été échangés.


Pérennité de la reprise
Cette année encore, le Bodacc a constaté une plus grande pérennité des créations sur reprises. 90 % des entreprises créées en 2009 dans le cadre d'une reprise de fonds de commerce sont toujours en activité en 2012. Dans un contexte où la création d'entreprise manque de ressort, la reprise d'un fonds de commerce permet non seulement de maintenir l'activité et l'emploi mais aussi d'installer durablement la création de valeur.

La restauration : plus d'une reprise sur cinq
Le secteur Hébergement, restauration, débits de boisson comptabIlise plus de 14 000 changements de main dont l'essentiel concerne la seule restauration.
Le prix d'acquisition d'un fonds de restauration se fixe aux environs de 139 000 euros, montant qui évolue de 83 000 euros dans la restauration rapide à 163 000 dans la restauration traditionnelle. Les activités de traiteur se situent à 105 000 euros.

Dans le secteur HRC, c'est l'hôtellerie qui tire les prix, le montant moyen d'achat est de 323 000 euros en 2012 contre 315 000 € en 2011. Plus de 800 établissements d'hôtellerie et hébergement similaire ont été repris en 2012 à un montant moyen de 342 000 euros et plus de 200 campings à 335 000 euros.

Commerce : montant moyen de 264 000 €
L'ensemble du commerce porte lui aussi plus de 14 000 transactions (+5,6 %) pour un montant moyen de 264 000 euros. Parmi-celles-ci, 10 % sont des hypermarchés ou supérettes et supermarchés mais essentiellement des épiceries, celles-ci représentent un millier de reprises négociées à 79 000 euros en moyenne.
Dans les métiers de bouche, les fonds de commerce se concluent en moyenne à 100 000 euros dans la vente au détail de fruits et légumes, 104 000 dans la poissonnerie et 107 000 dans la boucherie.
Les prix des fonds augmentent dans la librairie (139 000 euros), le sport (172 000 €) ou la vente de journaux et papeterie (197 000€).

Transactions stables dans l'habillement
Dans l'habillement, les rachats sont moins onéreux sur la vente de chaussures (154 400 euros) et se renchérissent pour les boutiques d'habillement (164 000 €), pour un nombre de transactions très stable à respectivement 210 et 1190.
Le montant moyen de la reprise dans la vente de détail reste néanmoins largement tiré par le soin de la personne et optique à 945 000 euros pour 1 700 acheteurs.
Dans cette activité, les pharmacies affichent un montant moyen de reprise qui se stabilise à un niveau élévé à 1 265 000 € en 2012 contre 1 260 000 € en 2011. L'optique affiche, en revanche, un prix en baisse à 245 000 euros contre 284 000.






< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises