Cession Commerce

La restauration rapide ne connaît pas la crise

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

ooaa

La vente au comptoir a progressé de 4 % en 2012. Selon l'étude annuelle de Gira Conseil, les consommateurs apprécient la montée en gamme de ses produits tout en restant vigilants sur les prix.

La restauration rapide continue de séduire les consommateurs. En 2012, le chiffre d'affaires du marché de la Vente au Comptoir (VAC) s'est élevé à 34 milliards d'euros, soit une croissance de 4 % par rapport à 2011 et plus de 73 % de croissance depuis 2004, année de l'accélération de la montée en gamme et de la diversification. C'est le constat de  Gira Conseil, qui  vient de publier son étude annuelle sur la restauration rapide en France alors que se déroule le Salon Sandwich & Snack Show.

Selon l'étude de Gira Conseil, la part en volume de la vente à emporter (VAE) en France s'élève à 52 %. Selon les formules et les concepts, celle-ci peut évoluer de 30 à 75 %. Cet engouement pour la vente à emporter place la France au même niveau que les Etats-Unis, sachant que les produits consommés sont très différents.

Montée en gamme
En 2012, les Français ont consommé 1,31 milliard de sandwiches jambon-beurre, soit 62 % de la totalité des sandwiches consommés en 2012. En moyenne, ce jambon beurre leur a coûté 2,68 euros, soit une hausse de 1,31 % par rapport à 2011.

"La restauration rapide que nous appelons désormais VAC (Vente au comptoir) par opposition au SAT (restauration avec service à table) entame un nouveau virage de son évolution et de sa croissance. Les consommateurs apprécient la montée en gamme, tout en restant vigilants aux prix. Ils s'ouvrent à de nouveaux produits sans faire l'impasse sur la rapidité de distribution. Et commencent à prendre conscience d'une offre à 2 vitesses : ceux qui jouent le prix et ceux qui jouent le produit", analyse Bernard Boutboul, directeur général de Gira Conseil.

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises