Cession Commerce

Le camping a toujours le vent en poupe

Par Sophie MENSIOR - Le 27 / 05 / 2019
Suivre sur Twitter

Le camping a toujours le vent en poupe

Le succès du camping ne se dément pas : sa fréquentation est en hausse continue, avec un record de 125 millions de nuitées en 2018, selon le bilan de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air (FNHPA). La clientèle étrangère constitue le moteur de la croissance en 2018.

Le secteur de l’hôtellerie de plein air continue de séduire les vacanciers. Sa fréquentation est en encore en hausse, même si elle est légère en 2018, avec + 1 million de nuitées supplémentaires en un an, soit +0,8 %, pour atteindre un total de 125 millions de nuitées.  

Avec ces nouveaux chiffres portant sur l’année 2018, publiés par La Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air (FNHPA), la croissance de la fréquentation des campings est ininterrompue depuis 15 ans.

En 2018, elle est principalement portée par la clientèle étrangère (+2,5 % par rapport à 2017), notamment allemande et britannique. Représentant 68 % du total de la fréquentation, la clientèle française se maintient, et demeure « le socle du succès du camping en France », selon la FNHPA.

Plus de nuitées sur les emplacements équipés

Cette réussite repose notamment sur l’hébergement locatif, c’est-à-dire des emplacements équipés de mobil-homes, de chalets, de yourtes, de roulottes, de cabanes dans les arbres ou bien encore de tentes équipées. Bien qu’ils ne représentent pas l’essentiel des emplacements, ceux-ci réalisent la majorité des nuitées et marquent un record dans la durée des séjours (6,5 nuitées contre 5,1 pour le camping en moyenne et seulement 2,6 nuitées pour l’ensemble des hébergements touristiques voire 1,8 dans les hôtels).

En termes de situation géographique, les campings des zones littorales conservent leur fort pouvoir d’attractivité et concentrent l’essentiel de la fréquentation avec plus de la moitié des nuitées (56 %). Le rééquilibrage nord-sud amorcé en 2017 avec une plus forte progression de la fréquentation sur les littoraux bretons (+3,7 %), normands et du nord (+6,1 %) se confirme, les arcs atlantique et méditerranéen progressant d’à peine plus de 1 %.

On peut noter que le rétro-littoral (espaces ruraux et montagneux) résiste de mieux en mieux, il semble « qu’une tendance se dessine qui pourrait constituer un levier de croissance important pour le secteur dans les années à venir », estime la fédération.

Campings non-classés ou 1 *ou 2 * : un réservoir de croissance

Ce succès du camping est porté par une montée en gamme qui répond aux attentes des touristes pour plus de confort et une offre d’activités élargie, expliquant l’essor des établissements 4* et 5*. Toutefois, avec près de 30 % des emplacements, les campings 1* et 2* constituent la plus forte source de croissance potentielle du secteur.

Des expériences ont démontré que de petits campings, aujourd’hui non-classés ou avec seulement 1* et 2*, peuvent devenir attractifs et rentables, y compris dans les zones rurales, particulièrement prisées par la clientèle urbaine.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises