Cession Commerce

Le camping, un secteur proche de la maturité

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Le camping, un secteur proche de la maturité

Prisée des Français, l'hôtellerie de plein air devrait encore progresser en 2013. Affichant une rentabilité confortable, ce secteur connaît cependant ses premiers signes de d'essouflement, selon une étude publiée par Xerfi.

Rebaptisé hôtellerie de plein air pour illustrer sa montée en gamme, le camping suscite un engouement auprès des Français, notamment chez les catégories socio-professionnelles supérieures (professions libérales, cadres...), qui représentent désormais un tiers des campeurs.

Les raisons qui expliquent ce succès : les Français sont à la recherche de vacances conviviales en famille et sont séduits par les offres"tout compris". D'autant que la récente montée en gamme des campings a modifié la physionomie du parc : "le nombre de campings classés 4 et 5 étoiles a augmenté de 19,2 % entre 2005 et 2011, au détriment de ceux de moins de 3 (-10,4 %"), selon une étude que vient de publier  Xerfi, spécialiste des études sectorielles, sur "le marché de l'hôtellerie de plein air en France et en régions".

Ces 10 dernières années, le CA du secteur a ainsi quasiment doublé pour dépasser 2 milliards d'euros en 2011 (+5,3 %). "Après un ralentissement de la croissance en 2012 (+3,1 %); l'activité devrait progresser de 4 % en 2013", selon les experts de Xerfi

Un secteur très rentable
Sous l'effet de leur montée en gamme et de l'élargissement de leur clientèle, les campings français dégagent une rentabilité des plus confortables.  Sur la période 2005-2011, la profession a dégagé un taux d'excédent brut d'exploitation de 24 % en moyenne contre 17 % dans l'hôtellerie traditionnelle. "Ce taux devrait être ramené à environ 23 % en 2012 et 2013 en raison d'une progression des frais de personnel plus rapide que celle du chiffre d'affaires", selon l'étude de Xerfi.

Vers une concentration
Les campings s'organisent progressivement sous forme de chaînes. Elles possèdent désormais 10 % du parc, 20 % des emplacements et réalisent 40 % du chiffre d'affaire sectoriel. On constate un rapprochement des groupes pour fonder des géants français ou européens de l'hôtellerie de plein air, des réseaux de franchise et des groupements volontaires qui séduisent des indépendants et des chaines intégrées qui poursuivent l'expansion de leurs réseaux à coup d'acquisitions.

Premiers signes d'essoufflement
Les premiers signes d'essoufflement commencent à se faire sentir. Pour la première fois depuis 2007, les nuitées des campeurs ont reculé en 2012.
Sachant que les revalorisations tarifaires, qui permettraient d'augmenter le chiffre d'affaires, vont être difficiles à imposer aux clients et que la concurrence intra-sectorielle se renforce avec l'arrivée à maturité du marché.
Dans ce contexte, l'étude Xerfi estime que la différenciation des offres et des services s'impose aux campings pour rester compétitif.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises