Cession Commerce

Le climat des affaires s'est dégradé dans le commerce et le bâtiment

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Le pessimisme est de mise chez les patrons de PME : dégradation de l'activité et de la trésorerie, recul de la demande. Et toujours pas d'amélioration en vue... Le commerce et le bâtiment sont particulièrement touchés, selon la dernière enquête de conjon

Le climat des affaires s'est particulièrement dégradé dans le commerce et le bâtiment pour, respectivement 53 et 65 % des entrepreneurs interrogés en juin dernier dans le cadre de l'enquête de conjoncture de la CGPME. En moyenne 46 % des patrons de PME estiment que la situation de leur entreprise s'est détériorée.
Et la situation n'est pas prête de s'arranger : 89 % des patrons de petites et moyennes entreprises n'anticipent pas d'amélioration, pour les prochains mois.

Avec les entrepreneurs du bâtiment, ce sont les commerçants, qui sont les plus pessimistes: 50 % des premiers et 37 % des seconds considèrent que l'activité de leur entreprise va probablement se détériorer aux cours du troisième trimestre. A contrario, 60 % des fournisseurs de services considèrent que l'activité ne devrait pas changer tandis que 15 % des industriels s'attendent à ce qu'elle s'améliore.

Recul de la demande
48 % des entrepreneurs ont constaté une baisse de la demande au cours des trois derniers mois. De nouveau, ce sont le bâtiment et le commerce qui ressentent le plus cette détérioration (avec respectivement 59 et 56 % des entrepreneurs).
Au cours du troisième trimestre, la demande ne devrait pas s'accroitre pour 82 % des patrons de PME et 35 % d'entre eux s'attendent à ce qu'elle diminue.

Dégradation de la trésorerie
En lien avec le manque d'activité, la trésorerie constitue toujours une difficulté pour les entrepreneurs : 94 % des patrons considèrent que celle-ci ne s'est pas améliorée au cours du dernier trimestre. Plus particulièrement, 44 % d'entre eux considèrent qu'elle s'est dégradée.
C'est une constante dans cette enquête : avec 64 % des répondants, le secteur du bâtiment est le plus touché par la dégradation de la trésorerie, tandis que dans l'industrie, celle-ci a eu tendance à se stabiliser.

Investissement en berne
Pour la CPME," la rentabilité des entreprises a été entamée après plusieurs années de conjoncture difficile". Par conséquent, les entrepreneurs reportent leurs projets d'investissement : 80 % des patrons de PME, dont 89 % des entrepreneurs du bâtiment n'ont pas l'intention d'investir au cours des trois prochains mois.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises