Cession Commerce

Le Fonds de solidarité étendu à de nouvelles activités

Par Sophie MENSIOR - Le 13 / 10 / 2020
Suivre sur Twitter

Le Fonds de solidarité étendu à de nouvelles activités

Fleuristes, blanchisseries…Le Fonds de solidarité va être élargi à de nouvelles activités, fortement impactées par la crise sanitaire, a annoncé Bruno Le Maire. 75 000 entreprises supplémentaires vont pouvoir intégrer ce dispositif.

Alors que de nouvelles villes viennent de passer en zone d’alerte maximale (Lille, Lyon, Saint-Etienne et Grenoble), le ministre de l’Economie et des Finances Bruno le Maire a annoncé de nouvelles mesures de soutien aux entreprises impactées par la crise du Covid-19, lors d’une conférence de presse avec Olivier Véran, ministre de la Santé.

Le Fonds de solidarité va être élargi à des activités, liées au tourisme et à l’évènementiel, telles que les fleuristes, les blanchisseries-teintureries, les commerces non alimentaires des zones touristiques internationales (ZTI), les entreprises du tourisme de savoir-faire, les artisans de foire et salons, les bouquinistes des quais de Paris ou encore les graphistes….

Ce sont ainsi 75 000 entreprises supplémentaires qui vont être concernées par ce dispositif.

Accès aux entreprises de moins de 50 salariés

Par ailleurs, le Fonds de solidarité sera élargi aux entreprises de moins de 50 salariés, contre 20 jusqu’alors. Celles qui justifient d’une perte de chiffre d’affaires supérieure à 70 %, contre 80 % auparavant, pourront bénéficier d’une aide pouvant s’élever jusqu’à 10 000 €. Celles qui justifient d’une perte supérieure à 50 % auront toujours accès au volet 1 du fonds de solidarité, soit une aide allant jusqu’à 1500 € par mois.

Depuis sa mise en place en mars dernier, le Fonds de solidarité a bénéficié à 1,7 million d’entreprises pour un montant total supérieur à 6 milliards d’euros.

Autres annonces gouvernementales : ces entreprises du secteur du tourisme, de l’événementiel de la culture et du sport (Plan Tourisme) pourront bénéficier d’une prise en charge à 100 % du chômage partiel jusqu’à la fin de l’année 2020. Ainsi qu’une exonération de charges de manière rétroactive sur la période allant de février à mai 2020.

De plus, les entreprises fermées administrativement ou qui ont fait l’objet de restrictions horaires, accusant une perte de chiffre d’affaires supérieur à 50 % pourront bénéficier d’une exonération de cotisations sociales, « jusqu’à ce que les mesures de restriction soient levées », a annoncé Bruno Le Maire.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises