Cession Commerce

Le gouvernement tente d'atténuer les inquiétudes des commerçants

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Tout va bien. Tel a été, en substance, le message rassurant qu'a voulu faire passer Hervé Novelli lors de la présentation des actions en faveur du développement du commerce de proximité. Contestant la responsabilité de la grande distribution dans le déclin accéléré du commerce de proximité, le secrétaire d'État chargé du Commerce et de l'Artisanat a préféré insister sur sa stabilisation, voire son redressement, depuis six ans avec une augmentation de 15,66 % du parc de commerces de 120 m² à 400 m².
"La disparition du commerce de proximité n'est pas d'actualité", a-t-il insisté, estimant toutefois qu'il est nécessaire de mettre un coup de projecteur sur ce type de commerce alors que "le Président veut mettre plus de concurrence dans la grande distribution". À cet effet, une série de mesures en faveur du développement du commerce de proximité ont été annoncées.
"Il semble que nous ayons eu une restructuration de l'appareil commercial de proximité qui nous autorise à avoir une politique volontariste d'accompagnement, qui passera notamment par le lancement d'une campagne de communication s'échelonnant sur 3 ans", s'est-il exprimé. Outre la campagne "Commerce, cœur de vie", le plan d'actions prévoit la création d'un conseil d'orientation dont la mission consistera à effectuer un état des lieux actualisé du commerce de proximité. La mise en place d'outils statistiques et d'un guide méthodologique sur la conduite de projets de développement complète une première série de mesures à l'efficacité aléatoire.
Parallèlement, les critères d'éligibilité aux Fisac sont, légèrement, modifiés, puisqu'ils s'ouvrent aux cafés-restaurants, et majorés, avec un budget qui passera de 80 à 100 millions par an. La réhabilitation des centres commerciaux des zones urbaines sensibles devrait par ailleurs se renforcer, tandis que le développement de postes de chefs de projets “commerce de proximité”, plus communément appelés managers de centres-villes, est vivement souhaité par le ministre. Nonobstant les inquiétudes exprimées par l'ensemble des professionnels, le gouvernement espère calmer la grogne générale par le biais de mesures loin d'être à la hauteur des enjeux actuels...

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises