Logo cession commerce
Le secteur du jouet a tiré son épingle du jeu en 2020

Le secteur du jouet a tiré son épingle du jeu en 2020

Malgré une année compliquée, la filière jouet a pu tirer son épingle du jeu en affichant un recul de 1,5 % en 2020. Sur les 9 premiers mois de l’année, les ventes en ligne représentent 32 % des ventes totales de jouets.

Par Sophie MENSIOR - le 20/01/21

Avec un dernier trimestre, qui pèse à lui seul 55 % des ventes, en baisse de 2,2 %, le secteur du jouet a sauvé son année avec une baisse de 1,5 % en 2020. Tel est le bilan de la filière jouet, dévoilé par The NPD Group.

Inespéré, ce bon résultat ne prend toutefois pas en compte les ventes en forte progression des « market place » et les ventes directes des fabricants sur leurs sites Internet. « Les consommateurs ont répondu présent malgré la situation sanitaire en faisant leurs achats en magasins avant et après leur fermeture, et en achetant en ligne ou en Click & Collect pendant les périodes de fermeture » s’est félicité Florent Leroux, président de la FJP (Fédération française des industries jouet puériculture).

Pour Philippe Geydon, co-président de la FCJPE (Fédération des commerçants spécialistes de jouets et produits de l’enfant) : « L’année 2020 confirme l’attachement des consommateurs aux enseignes physiques ».

En termes de volumes, ils sont en recul de 8 % avec une augmentation du prix moyen de 7 % passant de 16,74€ à 17,83€ en moyenne. Une situation qui s’explique par un mix de produits achetés différent cette année, c’est-à-dire plus de produits onéreux et moins d’achats d’impulsion à petits prix.

Les ventes en ligne en hausse de 27 %

Du fait des bonnes performances de décembre, les magasins de jouets ont pu rattraper une partie de leur retard dû aux fermetures administratives. Un recul qui s’établissait à 20 % au premier décembre pour terminer à 13 % à la fin de l’année hors Internet et à 9 % en intégrant leur activité Internet (source FCJPE).

De leur côté, les hypermarchés limitent leurs pertes à 8 % tandis que les ventes en ligne des pure players et des enseignes classiques représentaient 32 % des ventes totales de jouets sur les 9 premiers mois de l’année, soit un saut « record » de 6 points par rapport à 2019 et une augmentation de 27 % des ventes.

Pour Philipe Geydon (FCJPE) : « Le modèle commercial du futur se dessine, avec une dose de digital, qui reste élevée depuis la réouverture des magasins de fin novembre dernier ».

Les grands gagnants de 2020 sont les jeux de société et les puzzles (+ 10 %), suivi par l’électronique junior (+6 %) et les jeux de construction (+5 %).