Cession Commerce

Léger rebond des défaillances d’entreprises au deuxième trimestre 2016

Par Sophie MENSIOR - Le 26 / 04 / 2017
Suivre sur Twitter

Si elles avaient fortement chuté en début d’année, les défaillances d’entreprises connaissent une légère augmentation au deuxième trimestre. L’Ile de France est sévèrement affectée, selon l’analyse d’Euler Hermès.

Après une importante décrue au premier trimestre 2016 (-11 %),  les défaillances d’entreprises sont reparties à la hausse au deuxième trimestre (+1,8 %). Pour Stéphane Colliac, économiste France chez Heuler Hermes, spécialiste de l’assurance-crédit : « Il s’agit d’un phénomène imputable aux évènements survenus au printemps 2016. Les mouvements sociaux (grèves, blocages de raffineries) et les aléas climatiques (inondations) ont directement touché les entreprises françaises, d’où ce rebond des défaillances ».

L’Ile-de-France la plus impactée


C’est la région Ile-de-France qui a été le plus affectée (+3,3 %) de juin 2015 à juin 2016. Les secteurs d’activité les plus touchées dans cette région : hébergement-restauration (+3,7 %), construction (+3,1 %) et transports (+22,5 %).
Pour Stéphane Colliac : « Il est indubitable que les défaillances en Ile-de-France connaissent une dynamique plus mauvaise qu’en province, particulièrement dans les secteurs liés au tourisme. Les entreprises franciliennes souffrent de la dégradation de l’image de Paris alors que cette destination reste chère par rapport à celle d’Europe du Sud, ce qui peut justifier une certaine désaffection ».

Le repli se confirme


Si l’on regarde à l’échelon national, les défaillances d’entreprise ont diminué par rapport à leur plus haut niveau historique (64 000 courant 2015 contre 61 620 en juin 2016), « bénéficiant d’une amélioration de la situation financière des entreprises », selon Euler Hermes. Si le taux de marge des français est parmi les plus faibles d’Europe, il s’est redressé de 28,8 % fin 2013 à 32,2 %. Le nombre de défaillances a reculé de -3,1 % entre juin 2015 et juin 2016.

Ce repli se confirme au niveau sectoriel. La construction (-7,4 % sur 12 mois glissants) prolonge une dynamique amorcée au troisième trimestre 2015, symbole de la reprise de l’activité dans le secteur.  L’industrie manufacturière (-8,3 %) et le commerce de gros (-7,6 %) profitent également d’une amélioration. En revanche, le secteur transports et entreposage connaît une hausse des défaillances de près de +1 %.


Un volume qui reste élevé


Si les défaillances ont amorcé leur repli, le risque d’impayé reste prégnant en France : les niveaux de défaillances constatées au second trimestre 2016 reste largement supérieurs aux chiffres d’avant la crise. « Entre 2006 et 2007, le nombre de défaillances d’entreprise a augmenté de quasiment +25 % en France. Le retour à la normale a débuté mais il est encore loin d’être achevé », commente Stéphane Colliac.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises