Cession Commerce

Léger recul des défaillances au 1er trimestre 2013

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 04 / 2015
Suivre sur Twitter

Le volume global des défaillances d'entreprises affiche un léger repli (-1,8 %) par rapport au premier trimestre 2012, selon Altares. Les secteurs orientés vers les particuliers souffrent du ralentissement de la consommation.

Plus de 16 000 procédures de redressement, liquidations judiciaires et sauvegardes ont été comptabilisées au cours du premier trimestre 2013, ce volume global étant en léger recul par rapport à 2008, selon l'analyse trimestrielle d'Altares.

Selon la société spécialisée dans l'information sur les entreprises, cette baisse est tirée par la bonne tendance (-12%,  6 193 procédures) des micro-entreprises sans salarié, qui concentrent environ 40 % des jugements. En revanche, les défaillances TPE de 1 à 9 salariés sont en nette augmentation (+7 %, 8 875 procédures). Les entreprises âgées de moins de 5 ans représentent la moitié des défaillances de micro-entreprise et TPE.

En termes de secteurs, l'immobilier affiche une hausse des défaillances de 11 % ce premier trimestre. Cette panne de l'immobilier pèsera sur le bâtiment, qui peine à résister (-1,4 %), avec encore environ 4 100 défaillances d'entreprises en 3 mois.

Dérapage des services aux particuliers
Le commerce s'efforce de faire front : le nombre d'ouvertures de RJLJ est stable (3689 dépôts de bilan) mais celui des sauvegardes croît très vite (+ 54 %, 84 jugements). Le commerce de détail a du mal à résister  puisque 2 228 détaillants ont été placés en RJLJ (+1,2 %).

Quant aux services aux particuliers, ils dérapent de 5 %, notamment dans le soin à la personne.  La restauration vient malheureusement compléter le périmètre des activités en souffrance. 1 532 restaurateurs ont déposé le bilan ce premier trimestre 2013, soit 2,3 % de plus que début 2012.

Pour Thierry Millon, responsable des analyses Altares : "il convient d'insister : une défaillance sur 4 est due à des retards de règlement. Les sous-traitants, et, plus généralement les fournisseurs, doivent donc redoubler de vigilance sur la gestion de leur risque client, et plus particulièrement sur le respect des délais de paiement".

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises