Cession Commerce

Les buralistes font un tabac

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

ooaa

+4,3 % au troisième trimestre 2009 ! Les débitants de tabac-presse-jeux  peuvent avoir le sourire : ils enregistrent la plus forte hausse du secteur culture et loisirs, selon les statistiques communiquées par l'Observatoire de la Petite Entreprise, coédité par la FCGA et Banque Populaire. Même si ce pic d'activité ne reflète pas la réalité économique structurelle de la profession, plutôt morose, il donne l'occasion d'en connaître sa composition.
Selon une récente enquête de l'INSEE, on dénombre 27 400 entreprises, dont l'activité est, à des degrés divers, liée à la vente de tabac. Parmi elles, 11 500 cafés-tabacs, 7 600 buralistes et 1 600 marchands de journaux qui vendent aussi du tabac.  En 2006, les ventes totales de tabac sont estimées à 15 milliards d'euros. Les débitants perçoivent une commission sur ces ventes. Ces revenus, tirés de la vente de tabac, sont estimés à 1,5 milliard d'euros (dont 31 % réalisés par les seuls cafés-tabacs).
Entre 1997 et 2003, le chiffre d'affaires en valeur des cafés-tabac a fortement augmenté, mais en 2003 la flambée des prix du tabac (+ 30 %) et les actions de prévention  associées ont contribué à réduire d'un tiers le nombre de cigarettes consommées. Le CA en euros constants a alors chuté puis stagné, tout en continuant sa progression en valeur jusqu'en 2006.
Depuis 2007, date de l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer dans les lieux publics, le CA des cafés-tabacs a diminué en valeur, sans doute en raison de la baisse des consommations sur place.
Selon l'Observatoire de la petite entreprise, ces établissements pâtissent aussi de la faible diversification de leurs activités. En 10 ans, le nombre de cafés-tabacs a ainsi baissé de 16 %. Et ce sont les plus petits établissements qui sont les plus touchés.

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises