Cession Commerce

Les cessions-transmissions en forte baisse

Par Sophie MENSIOR - Le 21 / 05 / 2019
Suivre sur Twitter

Les cessions-transmissions en forte baisse

En trois ans, les cessions-transmissions d’entreprises ont baissé de 30 %, passant de 76 000 opérations en 2013 à moins de 51 000 en 20156 selon BPCE L’Observatoire. Seule la transmission familiale a tiré son épingle du jeu au cours de ces dernières années.

Depuis 2011, BPCE L’Observatoire dresse un panorama des cessions-transmissions en France. Sa dernière étude, qui livre un bilan pour 2016, dévoile de nouveaux enseignements sur ce type d’opérations.

Tout d’abord, une forte diminution du nombre de cessions- transmissions en trois ans : elles sont passées de plus de 76 000 opérations en 2013 à moins de 51 000 en 2016, soit une baisse de 30 %.  Cette tendance baissière concerne toutes les tailles d’entreprise (TPE, PME, ETI). 5 650 TPE artisanales ont été cédées en 2016, soit une diminution de 66 % en trois ans. 34 076 TPE sociétés commerciales ont été reprises en 2016, soit un repli de 22 % sur cette même période. Environ 10 500 PME ont trouvé un repreneur, soit un recul de 28 %.

Moindre intérêt pour la reprise que pour la création

Moins de 30 % des opérations interviennent à partir de 60 ans, preuve une fois de plus que l’âge n’est pas le critère principal mais plutôt la taille de l’entreprise. La fréquence des opérations augmente de façon continue avec le nombre de salariés.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette baisse des cessions-transmissions selon l’Observatoire BPCE : la mise en œuvre de la loi Hamon, qui instaure l’obligation d’informer les salariés d’un projet de cession, la faible croissance économique de 2012 à 2015 et un moindre intérêt, en France, pour la reprise que pour la création. « Il faudrait en faire un sujet d’ampleur nationale », suggère Alain Tourdjman, directeur études et prospectives du groupe BPCE.

Autre enseignement cette fois-ci positif : contrairement aux idées reçues, la transmission familiale se porte bien en France. C’est la seule modalité de cession, qui n’ait pas reculé sur la période 2013-2016. « Elle se maintient à un bon niveau et représente 22 % des cessions en 2016 », souligne Nicolas Namias, directeur général Finance et Stratégie du groupe BPCE. Elle est surreprésentée dans certains secteurs, tels que le commerce de détail la construction et le transport.

La cession après 60 ans en recul

L’étude 2016 constate que la chute des cessions-transmissions entre 2013 et 2016 a été plus marquée chez les dirigeants de plus de 60 ans. A cette occasion, L’Observatoire BPCE s’alarme du vieillissement des dirigeants de PME, estimant que ce phénomène devient une urgence économique. A l’horizon 2021, plus de 23 % des dirigeants de PME et ETI devraient dépasser 60 ans et plus de 10 % dépasser 65 ans. Or la probabilité de cession décroit nettement après 65 ans. « Les dirigeants attendent trop longtemps avant de céder. Ils cherchent le mouton à 5 pattes, l’homme ou la femme idéal, et pendant ce temps-là leur entreprise perd de la valeur », estime Alain Tourdjman. Plus la démarche a été différée, plus l’entreprise sera difficile à vendre au prix souhaité par le cédant…

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises