Cession Commerce

Les Champs-Elysées toujours au top en Europe

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Les Champs-Elysées toujours au top en Europe

La célèbre avenue conserve son statut d'artère la plus chère d'Europe. Si les valeurs locatives y sont restées stables, elles sont en hausse de 6 % à l'échelle du marché parisien.

Les Champs-Elysées restent l'artère commerçante la plus chère d'Europe (devant New Bond Street à Londres), même si les valeurs locatives, portées à des niveaux record en 2012 et 2013, n'ont pas évolué ces derniers mois sur l'avenue, soit 13 255 euros/m²/an. Au niveau mondial, Les Champs s'affichent au troisième rang derrière la 5ème Avenue à New Yok et Causeway Bay à Hong Kong. Tel est le trio de tête, qui ressort de l'étude annuelle du conseil international en immobilier d'entreprise Cushman & Wakefield.

Le trottoir pair de la célèbre avenue, traditionnellement le plus onéreux,  a vu quelques ouvertures significatives depuis la fin de 2013, mais il s'agissait essentiellement de projets initiés de longue date (Tiffany & Co et Tag Heuer). D'autres ouvertures doivent confirmer, à plus ou moins long terme, la montée en gamme de l'avenue, qu'il s'agisse de Longchamp (côté impair) ou des Galeries Lafayette, qui viennent  d'officialiser leur arrivée à la place de l'ancien Virgin Megastore (côté pair), prévue pour 2018.

"Si les valeurs locatives sont restées stables sur les Champs-Elysées, elles ont progressé de 6 % sur un an à l'échelle du marché parisien en raison des hausses actées dans plusieurs grandes artères de luxe. La poursuite de l'expansion des grands groupes et les ambitions de nouveaux entrants ont de fait accru l'appétit des marques les plus prestigieuses pour les meilleurs emplacements de la capitale", indique Christian Dubois, directeur général de Cushman & Wakefield France. Ainsi une vive concurrence et une sévère pénurie de l'offre ont contribué à la hausse des valeurs locatives, qui dans certains quartiers ont progressivement atteint (rue Saint-Honoré) ou dépassé (avenue Montaigne, rue du Faubourg Saint-Honoré) le seuil "symbolique " des 10 000 €/an/m².

Selon l'étude du conseil en immobilier d'entreprise, les prochains mois confirmeront sans nul doute la polarisation du marché immobilier des commerces au profit des meilleures artères des plus grandes métropoles, plus que jamais privilégiées par les
enseignes. Elles y ouvrent des flagships et y développent de nouveaux concepts pour promouvoir leur offre à l'échelle mondiale, en complément de leur présence sur le Web.



< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises