Cession Commerce

Les chauffeurs de taxi durcissent le ton

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

Furieux des conclusions de la commission Attali qui suggère l'ouverture à la concurrence pour les professions réglementées, les chauffeurs de taxi n'entendent pas se laisser faire et le font savoir depuis le début de la journée en manifestant un peu partout en France.

La Fédération nationale des artisans du taxi (FNAT), à l'origine de la journée de mobilisation de ce mercredi avec la CFTC et la CGT, craint notamment que la déréglementation prônée par la commission Attali n'entraîne la création de 60 000 taxis rien que sur Paris et en petite couronne en deux ans, et de voir la profession se "paupériser" et se "transformer en jungle".

La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) a volé au secours des taxis en rappelant que ces artisans ne sont pas des nantis : "Ils sont au quotidien confrontés à des difficultés humaines inhérentes au caractère même de leur métier exercé dans des conditions souvent délicates. De plus, les professionnels sont soumis à un certain nombre de contraintes qui pèsent lourdement sur leur compte d'exploitation", note la CGPME dans un communiqué diffusé mercredi. Pour l'organisation patronale, "considérer les taxis comme une simple variable d'ajustement de la croissance serait une lourde erreur".

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises