Logo cession commerce
Les commerçants de proximité, champions du paiement par carte

Les commerçants de proximité, champions du paiement par carte

Le paiement par carte bancaire est entré dans les usages. Les commerçants le proposent à une écrasante majorité, notamment les commerces de proximité et la restauration.

Par Sophie MENSIOR - le 06/03/20

Comme dans le reste de l’Europe, les habitudes de paiement des Français évoluent Pour mieux les connaître, Opinion Way a réalisé une étude auprès de particuliers et de professionnels (restauration, commerces de proximité…) pour le compte de SumUp, une fintech spécialisée dans les solutions de paiement.

Deux français sur 5 privilégient la carte pour les achats quotidiens

1er enseignement : les Français se sont largement convertis aux paiements par carte bancaire. 39 % l’utilisent pour régler ieurs achats chez les commerçants. Soit en entrant son code (27 %), soit en utilisant le sans contact (12 %). Le paiement mobile via son smartphone (Apple Pay, Samsung Pay, PayPal, Lydia, Pumpkin…) est encore une pratique très minoritaire, seuls 2 % des Français l’utilisent.

Du coup, les Français ont de moins en moins d’espèce sur eux : 24 % n’en n’ont même jamais, notamment les 25-34 ans où ce score monte à 46 %. Cependant le paiement en espèce reste privilégié pour certains achats quotidiens, notamment chez le boulanger (68 %), au marché (66 %), au café (58 %).

Dans le même temps, le paiement sans contact est de plus en plus utilisé pour les petits achats : 24 % utilisent leur carte en boulangerie (17 % en sans contact), 27 % au café (16 % en sans contact) et 23 % au marché (10 % en sans contact).

8 petits commerçants sur 10 acceptent le paiement par carte
 

Deuxième constatation : le paiement dématérialisé est entré dans les usages. Le paiement par carte bancaire s’est largement démocratisé : 8 petits commerçants sur 10 l’acceptent. Les commerçants de proximité en sont les champions (97 %).  Les professionnels de la beauté (86 %), les taxis et les professionnels de la restauration (92 %) sont largement convertis. D’autres secteurs, tels que les professionnels de santé, sont plus à la traîne :  67 % acceptent la carte, étant plus attachés au chèque que la moyenne.

Enfin, malgré ces évolutions, des frictions peuvent subsister entre les consommateurs et les commerçants. 47 % d’entre eux ont déjà refusé un paiement à un client par carte. C’est chez le buraliste que les Français déclarent plus souvent avoir été confrontés à l’impossibilité de payer par carte. Les freins qui bloquent les commerçants à adopter ce mode de paiement : pour 50 % ce sont les frais annexes comme l’abonnement ou les frais de transaction, pour 47 % il s’agit du coût du terminal et 17 %  la présence d’un distributeur à proximité

Une situation dommageable car en cas de refus de paiement par carte, 36 % des consommateurs abandonnent l’achat et 32 % sont agacés…Ce qui est le cas surtout chez les jeunes générations…