Cession Commerce

Les commerces des centre-ville orientés à la baisse dans les villes de taille intermédiaire

Par Sophie MENSIOR - Le 20 / 11 / 2019
Suivre sur Twitter

Les commerces des centre-ville orientés à la baisse dans les villes de taille intermédiaire

Une étude l’Insee constate le déclin des commerces de proximité dans les centres-villes des villes de taille intermédiaire. En effet, la situation du centre-ville est dégradée par rapport à celle de son agglomération.

Divers rapports et études ont mis en avant la désertification commerciale des centres-villes. Ces constats ont notamment débouché sur la mise en place du plan Action Cœur de Ville, qui vise à redynamiser 222 villes moyennes. A son tour, L’Insee se penche sur le commerce de proximité dans les villes de taille intermédiaire (VTI). Dans cette étude, elles sont définies comme les agglomérations occupant le centre des moyennes ou grandes aires urbaines, ainsi que celles situées dans les couronnes péri-urbaines de ces moyennes ou grandes aires urbaines, dès lors qu’elles offrent plus de 5 000 emplois.

Ces VTI concentrent en effet une activité commerciale particulièrement dense dans leurs pôles commerçants de centre-ville : équipement de la personne (habillement, chaussures, optique, pharmacies…) restaurants, débits de boisson, commerces alimentaires, agences bancaires et immobilières…

La structure d’activités varie avec la taille du centre-ville

La composition du commerce de centre-ville dépend également de sa taille. Les plus petits d’entre eux sont davantage structurés autour des agences bancaires et immobilières, des commerces alimentaires et des soins corporels. A contrario, lorsque la taille du centre-ville augmente, c’est au profit d’activités plus axées sur la restauration et les débits de boissons, ou l’équipement de la personne.

La dynamique commerciale des centres-villes des VTI est globalement orientée à la baisse. Entre 2009 et 2015, les effectifs salariés du commerce de proximité en centre-ville ont baissé, dans 8 villes sur 10.


Importance de la dynamique sociodémographique locale
 

Autre constatation de l’étude de l’Insee : les commerces des VTI dans leur ensemble se portent globalement mieux que leurs pôles commerçants de centre-ville. A l’échelle de la France métropolitaine, 600 établissements et 3 500 emplois salariés ont été détruits dans les centres-villes des VTI chaque année, entre 2009 et 2015. Sur cette même période, ces agglomérations connaissaient une augmentation de 100 établissements et 1 600 salariés par an.

Les villes de taille intermédiaire connaissent des situations démographiques, économiques et sociales variées. Le commerce de centre-ville résiste mieux dans les communes où la population est en croissance avec un contexte socio-économique favorable (Gaillac, Belleville-en-Beaujolais ou Auray). Idem pour celles qui ont une forte composante touristique (Capbreton, Saint-Rémy de Provence, Chamonix-Mont-Blanc…)
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises