Cession Commerce

Les crémiers-fromagers désormais reconnus comme artisans

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 10 / 2016
Suivre sur Twitter

ooaa
Les crémiers-fromagers désormais reconnus comme artisans

Ils attendaient cette reconnaissance depuis longtemps. C'est désormais chose faite : les crémiers-fromagers peuvent accéder au statut d'artisan, dès lors qu'ils effectuent un acte de transformation.

Depuis deux ans, la profession des crémiers-fromagers, représentée par la Fédération des Fromagers de France, se battait pour obtenir le statut d'artisan crémier-fromager, au même titre que les autres métiers de bouche (boulangers, bouchers, poissonniers, glaciers...)  Leur combat a été récompensé : Carole Delga, secrétaire d'Etat, chargée du commerce, de l'artisanat, a officiellement annoncé la reconnaissance du statut d'artisan aux crémiers-fromagers.

La secrétaire d'Etat a indiqué que les crémiers-fromagers pourront accéder au statut d'artisan dès lors qu'ils effectuent un acte de transformation du produit : affinage, soins spécifiques apportés aux fromages, créations ou fabrications maison (par exemple : camembert au Calvados, Fontainebleau, Coulommiers et Brie aux Noix, fromages enrobés de raisins...). A l'instar des métiers de bouche, qui relèvent déjà de l'artisanat, ces professionnels vont pouvoir eux-aussi s'inscrire au répertoire des métiers. 

Pour la profession, cette reconnaissance va permettre d'accélerer son mouvement vers plus de professionnalisation, avec notamment la création d'un CAP de fromager et des projets techniques relatifs à l'innovation et au dévelopement.

On dénombre environ 3 200 crémiers-fromagers, selon le rapport de branche 2009 des Fromagers de France. 647 entreprises se sont créées ou ont été reprises entre 2010 et 2014, dont 240 en 2014. Le CA moyen d'une crémerie-fromagerie (étude Gallileo 2011) s'élève à 392 000 ¤ (105 946 ¤ par personne dans l'entreprise). Autres données chiffrées : 91 % des fromagers en boutique n'ont qu'un seul point de vente et le panier moyen se monte à 17 euros.

"Cette démarche s'inscrit dans une politique plus globale de valorisation de notre artisanat de bouche, du repas gastronomique français et plus largement de l'ensemble de notre artisanat", indique Carole Delga dans un communiqué. Ainsi, afin de reconnaître le métier de cuisinier, sa qualification et ses compétences dans la transformation des produits, la secrétaire d'Etat souhaite ouvrir le statut d'artisan aux cuisiniers. Ce métier sera également inscrit au répertoire des métiers.

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises