Logo cession commerce
Les défaillances d’entreprise toujours en baisse

Les défaillances d’entreprise toujours en baisse

Grâce aux aides de l’Etat, les défaillances d’entreprises sont toujours en baisse au 1er premier trimestre 2021. Cependant d’autres indicateurs, plus préoccupants,  sont à surveiller …

Par Sophie Mensior - le 14/04/21

La vague de faillites tant redoutée, en raison de la crise sanitaire et économique, n’a toujours pas eu lieu…Au premier trimestre 2021, la France enregistre une baisse de 19 % du nombre de procédures collectives par rapport à 2020. Alors que l’an passé, à la même période, elle en comptait 9 907, elle en recense aujourd’hui 8 045, selon une étude publiée le Conseil national des administrateurs et des mandataires judiciaires (CNAJMJ).

La baisse la plus importante concerne les redressements judiciaires, dont le nombre d’ouvertures a été plus que divisé par deux (2 636 procédures au 1er trimestre 2020 contre 1 360 à la même période cette année).

Sans surprise, selon l’étude, ce sont les secteurs les plus directement touchés par la crise sanitaire qui connaissent des volumes d’ouvertures de procédures collectives élevés, tels que la construction (21 %), le commerce (18 %) et l’hôtellerie-restauration (10 %).

Les entreprises de moins de 10 salariés les plus touchées

En termes de zones géographiques, les plus touchées sont l’Ile-de-France qui représente 22 % des ouvertures de procédures, puis les régions Auvergne Rhône-Alpes (+11 %), et PACA (+11 %).

90 % des procédures continuent de concerner les entreprises de moins de 10 salariés alors que moins de 1 % de celles-ci concernent des entreprises de plus de 51 salariés.

« Cette baisse est à mettre en face des nombreuses aides mises en place par l’Etat pour soutenir l’économie et qui fonctionnent bien », indique Christophe Basse, président du CNAJM. « Mais attention, les PGE ne sont que des prêts et les reports de charges sont des reports. Il est important que les entreprises anticipent le moment où il faudra rembourser », prévient-il.

Mais selon le cabinet Altares, certains points s’avèrent préoccupants : « Le mois de mars pourrait cependant constituer un point de bascule », indique Thierry Millon, directeur des études. Sur les deux premières semaines, les défaillances d’entreprise sont en fort recul (-48 %) mais sur les deux suivantes, elles explosent de 155 % comparées à la même période de 2020, qui marquait le début du confinement, le gel des cessations de paiement, la fermeture des juridictions et donc la suspension, temporaire des audiences.

Autre chiffre préoccupant, qui illustre la détresse de certaines entreprises en cessation de paiement, en dépit des dispositifs de soutien public : désormais 8 entreprises sur 10, qui se présentent devant les tribunaux, sont directement liquidées, un taux jamais atteint depuis 20 ans… !