Cession Commerce

Les défaillances d’entreprises sont reparties à la hausse

Par Sophie MENSIOR - Le 25 / 01 / 2019
Suivre sur Twitter

Les défaillances d’entreprises sont reparties à la hausse

54 600 défaillances d’entreprises se sont produites en 2018, soit -1 % par rapport à 2017. Elles sont reparties à la hausse en fin d’année dans tous les secteurs, selon l’étude Altares.

Elles avaient commencé à refluer en 2016, et devaient approcher le seuil des 50 000 procédures en 2018. Mais la conjoncture a déjoué les plans. En 2018, 54 600 procédures collectives ont été prononcées, soit à peine 1 % de moins qu’en 2017, selon l’étude du cabinet Altares . Si le début de l’année a bien démarré, la situation s’est dégradée à partir du troisième trimestre.

« Lorsque s’amorce le mouvement des « gilets jaunes » en novembre, les entreprises sont donc déjà fragilisées par des trésoreries sous tension depuis plusieurs semaines », constate Thierry Millon, directeur des études de la société Altares. « Pour nombre des plus petites d’entre elles, en particulier dans le commerce et l’habillement, le défi de novembre-décembre était de réussir à rattraper une partie du chiffre d’affaires perdu les mois précédents. Mais c’était parfois déjà trop tard et les perturbations ont pu donner le coup de grâce à certains commerces ».

Tendance délicate pour les PME de 10 à 49 salariés

Plus de 9 entreprises défaillantes sur 10 (94 %) sont des TPE de moins de 10 salariés, ce sont donc elles qui rythment le bal. Elles ne sont pas les seules concernées : les difficultés se sont accélérées également pour les grandes structures de plus de 100 salariés, tandis que les PME de 10 à 49 salariés s’inscrivent elles aussi sur une tendance délicate.

Si les tendances semblent bonnes sur l’année 2018, les défaillances sont reparties à la hausse, au dernier trimestre, dans la plupart des secteurs.
Dans le bâtiment, les procédures sont en baisse (-2,3 %) en 2018 et augmentent de 2,2 % sur le quatrième trimestre. Quant à l’immobilier, le secteur affiche une moindre sinistralité sur l’année (-6 %), comme sur le dernier trimestre (-7,2 %).


Restauration rapide : les défaillances s'accélèrent

Le commerce enregistre également un recul des défaillances sur l’année (-3,7 %) mais une hausse sur le dernier trimestre (+2,2 %). Cette évolution reflète les tendances observées chez les détaillants (-5,5 % sur l’année et +4  % au 4ème trimestre) tandis que les grossistes demeurent favorablement orientés.

La restauration a contenu les défaillances en 2018 (+1,2 %) mais souffre davantage en fin d’année (+6,1 %). La restauration traditionnelle résiste (-2,5 % sur l’année et +1,4 % au dernier trimestre). En revanche, la sinistralité accélère en restauration rapide (+8,7 %sur l’année et + 16,7 % sur le T4). Les débits de boisson sont à la peine en fin d’année (+7,1 %).

Dans les services à la personne, les activités de coiffure (+10,8 %) et soins de beauté (+11,9 %) sont, elles aussi, lourdement orientées en fin d’année.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises